Récolter des fonds tout en constituant une communauté de fans: le crowdfunding fait battre le cœur des créatifsves et des pro-actifsves. Mais quelle plateforme correspond le mieux à votre projet? Nous faisons le point avec une visite guidée dans la jungle suisse du crowdfunding.

L’embarras du choix

«Quelle est la plateforme qui me correspond le mieux?»: Qui envisage de monter un projet de crowdfunding n’échappe pas à cette question. Et comme la Suisse compte un nombre important de plateformes de crowdfunding, il est d’autant plus difficile de s’y retrouver. Mais pas de panique, nous avons dressé pour vous la liste des prestataires de services incontournables en Suisse.

Picture 3ef0450e 2c5c 4770 847b e0dea2f53f97

Les distinctions importantes en crowdfunding

De manière générale, vous pouvez faire une distinction entre crowdsupporting et crowdinvesting ou crowdlending. Avec le crowdsupporting, vos contributeursrices reçoivent une contrepartie qui peut être:

  • matérielle (par ex. un produit que vous fabriquez)
  • un service (par ex. une prestation que vous proposez comme une visite guidée ou un vernissage)
  • immatérielle (comme par ex. être nommé*e dans votre établissement ou ajouter des points à votre karma en soutenant un refuge canin)

Le crowdsupporting englobe notamment les nouveaux produits de start-ups ou d’entreprises, les productions d’albums ou encore les projets d’intégration pour personnes réfugiées. Avec le crowdinvesting et le crowdlending en revanche, vos contributeurs*rices perçoivent des taux d’intérêts ou des rendements. Les projets de crowdlending s’inscrivent surtout dans le secteur immobilier, tandis que les projets de crowdinvesting sont généralement des start-ups ou PME ayant besoin d’un capital de croissance.

Pour plus de clarté, nous avons divisé notre liste en deux sections : l’une consacrée au crowdsupporting, l’autre au crowdlending/crowdinvesting.

Ça joue? Alors c’est parti!

Vous n’avez aucune envie de passer en revue toute la liste? Pas de problème, tout en bas vous trouverez nos recommandations de plateformes de crowdfunding, alias tl;dr (too long; didn’t read)

Les principales plateformes de crowdfunding en Suisse

  1. wemakeit – Le crowdfunding pour tous, avec la plus grande communauté et un taux de réussite élevé

    La plus grande plateforme suisse de crowdfunding a été fondée à Zurich en 2012. Depuis, plus de 300’000 membres ont déjà apporté leur soutien à hauteur de plus de 50 millions de francs. Ils forment ainsi la communauté de crowdfunding la plus nombreuse de Suisse. wemakeit présente l’un des taux de réussite les plus élevés de la branche: 60% de tous les projets lancés atteignent leur objectif de financement.

    Vous pouvez élaborer votre page de projet en français, allemand, italien et anglais ; l’argent peut être réuni en francs ou en euros. Cela vous permet d’atteindre une communauté internationale. Toutes les catégories sont admises. De plus, vous recevez tout au long de votre campagne un précieux feed-back en ligne, ainsi que plus de 50 conseils importants en matière de crowdfunding.

    Commission (seulement en cas de réussite): 6% de la somme récoltée plus 4% de frais de transaction.

  2. Crowdify – Le crowdfunding fort en newsletters

    La plateforme Crowdify, anciennement 100-days.net, a elle aussi ouvert ses portes en ligne à Zurich en 2012. Elle a été créée par l’agence suisse Ron Orp spécialisée dans la newsletter. Comme chez wemakeit, vous pouvez y lancer des projets dans toutes les catégories. Les langues proposées sont le français, l’allemand et l’anglais. En lançant votre projet chez Crowdify, vous avez potentiellement accès à Ron Orp, qui se définit comme la «communauté la plus urbaine de Suisse», ainsi qu’à une éventuelle diffusion dans la newsletter de Ron Orp.

    Commission (seulement en cas de réussite): 9% de la somme récoltée, pour l’option par étapes 11%.

  3. ProjektStarter – Le crowdfunding pour les jeunes gens

    Basée à Soleure, la plateforme Projektstarter a pour but de documenter et financer des projets créatifs. Projektstarter présente un intérêt certain si vous avez entre 18 et 28 ans: dans ce cas, vous devez vous acquitter de frais de plateforme moins élevés (5%).

    Commission (seulement en cas de réussite): 8% de la somme récoltée, projets YOUNG 5%.

  4. Kickstarter – Le crowdfunding pour les projets à millions

    Bienvenue dans le haut de la ligue du crowdfunding, là où l’on réunit des millions en quelques jours seulement et met sur pied de nouvelles entreprises. Dans le domaine du crowdsupporting, cette plateforme américaine est la plus vaste au monde. Au cours des 10 dernières années, plus de 4.4 milliards de dollars ont été récoltés pour réaliser plus de 160’000 projets. Et ce, en affichant un taux de réussite de seulement 30%. On y trouve une quantité de projets de toutes sortes, à rayonnement international ou anglo-saxon. Attention: Vu la quantité pléthorique de campagnes de crowdfunding qui se lancent sur cette plateforme, votre projet peut vite passer à la trappe faute de visibilité. Mieux vaut donc envisager de faire appel à une agence experte en crowdfunding si vous choisissez Kickstarter.

    Commission (seulement en cas de réussite): 5% de la somme récoltée plus frais de transaction (3% et 0,20 CHF par soutien versé).

  5. Startnext – Le crowdfunding pour l’espace germanophone

    Les projets créatifs qui s’adressent à l’ensemble de l’espace germanophone et possèdent une communauté en Allemagne sont au bon endroit chez Startnext. La première et plus grande plateforme germanophone s’adresse aux projets de crowdsupporting de toutes sortes. Grâce aux partenariats que Startnext tisse avec diverses organisations, les projets bénéficient d’un apport financier supplémentaire. Le taux de réussite chez Startnext est également convaincant: il s’élève à 56%.

    Commission: Chaque contributeur*rice décide combien il/elle veut verser à la plateforme. Les frais de transaction couvrent 4% de la somme récoltée.

  6. I believe in you – Le crowdfunding pour les sportifs*ves

    La plateforme I Believe In You (IBIY) a été fondée par deux sportifs de haut niveau et s’adresse exclusivement aux projets sportifs de Suisse. Elle collabore avec de grandes entreprises qui versent à chaque projet un petit montant de départ. C’est d’ailleurs ce qui explique le taux de réussite impressionnant d’IBIY: 90% des projets atteignent leur objectif de financement.

    Commission (seulement en cas de réussite): 4% de la somme récoltée en tant que frais de transaction; 8% de la somme récoltée en tant que frais de consultation et d’administration.

  7. Lokalhelden – Le crowdfunding pour les projets d’utilité publique

    Cette plateforme trilingue a été lancée en 2016 par la Raiffeisen-Bank. Elle se distingue avant tout par le fait qu’elle ne demande aucune commission. Lokalhelden s’adresse aux associations, organisations et particuliers qui portent des projets d’utilité publique ou à but non lucratif en Suisse. Contrairement à la plupart des autres plateformes, chez Lokalhelden vous pouvez aussi mobiliser des volontaires non financiers et récolter des dons matériels.

  8. I care for you – Le crowdfunding pour les projets sociaux et humanitaires

    De l’aide au développement à l’intégration en passant par la protection des animaux: Sur I care for you sont lancés des projets sociaux et humanitaires initiés par des organisations ou des particuliers. Un conseil de fondation compétent vous oriente et vous soutient lors de la mise en œuvre du crowdfunding.

    Commission (seulement en cas de réussite): 10% de la somme récoltée, frais de transaction inclus.

Les principales plateformes de «crowdlending» et de «crowdinvesting» en Suisse

  1. Splendit – Le crowdfunding pour les études et formations continues

    Vous envisagez de suivre une formation (continue)? Cela peut s’avérer difficile sans l’argent de poche nécessaire. Splendit met en relation des étudiantses ayant besoin d’un crédit d’études avec des investisseurseuses souhaitant réaliser un investissement utile. Ces derniersères peuvent ainsi investir dans de futurs actifsves – ce qui est bon pour le karma et – si l’étudiant*e engrange ensuite de hauts revenus – un joli rendement.

    Commission: Les étudiantses paient une commission de plateforme mensuelle de CHF 10 le temps de la durée du crédit. Les investisseurseuses règlent une fois 2% du montant de leur prêt au début du crédit d’études.

  2. Funders – Le crowdsupporting et crowdlending 2 en 1

    Chez Funders vous pouvez choisir de lancer un projet de crowdsupporting- ou de crowdlending. Funders s’adresse aux start-ups, PME, associations, organisateurs*rices et organisations d’utilité publique. Les prestations incluent des flyers de projet gratuits et un feed-back de votre descriptif de projet ainsi que de votre vidéo de présentation.

    Commission (seulement en cas de réussite): 7% frais de transaction inclus pour le crowdsupporting. Crowdlending: 0.8% de la somme récoltée pour les fournisseurseuses de crédit, 0.8% de la somme récoltée pour les emprunteurseuses sur l’ensemble de la somme.

  3. Cashare – Le crowdfunding pour les crédits privés et entrepreneuriaux

    Cashare a ouvert ses portes en 2008, ce qui fait d’elle la première plateforme suisse de crowdfunding. Ici, l’accent est mis sur le crowdlending. Les particuliers et les PME peuvent y trouver des investisseurs et des prêteurs.

    Frais de plateforme (seulement en cas de réussite): 0.75% de la somme récoltée.

  4. swisspeers – Le crowdfunding pour entreprises

    swisspeers est une plateforme indépendante de crowdlending. Des entreprises basées en Suisse peuvent obtenir un capital étranger directement auprès d’investisseurseuses. swisspeers offre à des investisseurseuses privéses ou corporatifsves la possibilité de réaliser des investissement directs intéressants dans de petites et moyennes entreprises. L’évaluation de la demande de crédit se fait de façon neutre et transparente. Le prix est fixé dans le cadre d’un processus d’enchères sur le marché des investissements.

    Commission: 0.5% de la somme récoltée par an pour les emprunteurseuses, 0.25% de la somme récoltée par an pour les prêteurseuses.

  5. C-Crowd – Le crowdfunding pour start-ups

    C-Crowd s’adresse aux start-ups qui sont à la recherche d’investisseurs*euses. Ici, les personnes intéressées peuvent, à partir de très petits montants, devenir copropriétaires d’une jeune entreprise. La plateforme collabore avec divers partenaires de renom qui soutiennent la rencontre entre financeurs et entreprises.

    Commission: C-Crowd ne donne pas d’indication sur ses frais.

  6. Crowdhouse – Le crowdfunding pour l’immobilier

    Crowdhouse est entièrement dédié aux projets immobiliers suisses et fait des contributeurs*rices les copropriétaires de biens fonciers. Fondée en 2015, cette plateforme compte parmi ses principaux actionnaires la Banque Cantonale de Lucerne. En 2016, l’entreprise s’est vu décerner le Swiss Fintech Award.

    Commission: 3% du prix d’achat de l’immobilier, 5% des revenus locatifs nets pour la gestion immobilière.

  7. loanboox – Le financement participatif pour les cantons et communes

    Ce qui marche pour les particuliers et entreprises, marche aussi les villes, cantons et communes suisses. Avec loanboox, ceux-ci ont accès à un vaste réseau de potentiels investisseurs institutionnels.

    Commission: Si un financement est conclu, loanboox facture à l’emprunteur un à deux points de base (0.01 - 0.02%) sur le volume de financement par année d’emprunt, selon le segment et le produit de financement.

Quelle est la meilleure plateforme de crowdfunding?

Vu que cela fait toujours une belle quantité de plateformes, voici nos recommandations en format compact:

  1. Pour les projets de crowdfunding de toutes sortes: wemakeit pour son taux de réussite élevé, sa vaste diffusion et son service d’accompagnement.
  2. Pour les projets sportifs: I believe in you avec son taux élevé de réussite et le soutien des entreprises partenaires.
  3. Pour les projets en quête d’investisseurs ou souhaitant bénéficier d’un crédit: C-Crowd pour son vaste réseau ou Cashare pour sa flexibilité.