Projet ARKA

ARKA, une installation artistique qui interroge les notions de territoire et de mémoire. ARKA est un projet participatif, évolutif qui se construit de façon aléatoire grâce à l’apport du public et se déconstruit avec le temps.

Faite de bois, de mousses, d’écorces, tous les éléments constructifs de l’arche doivent provenir de la nature et par dégradation naturelle retourneront à la nature après quelques années. ARKA fera six mètres de long et trois mètres de haut.

ARKA est conçue comme une installation à long terme. Une fois installée c’est le temps qui se chargera de la détruire. C’est pourquoi elle sera faite de matériaux naturels et dégradables. 

A l’intérieur, on trouvera des objets conçus par les deux artistes qui représenteront les vestiges d’une civilisation perdue. Ces objets seront fait d’argile, de bois, de métal rouillé ou de paille.

ARKA sera préconstruite sur le parking devant le Théâtre les Halles durant toute une saison de programmation. Les gens pourront ainsi assister à toutes les étapes de travail et observer l’évolution du projet.

Pourquoi nous soutenir?

Parce que vous avez toujours aimé les projets un peu utopiques, ou complètement fous. Parce que vous êtes un peu écolo, ou pas… mais en tout cas, vous aimez la forêt en général et celle de Finges en particulier. Vous pensez que ce patrimoine naturel mérite d’être mis en valeur. Parce que vous avez gardé une âme d’enfant et un côté explorateur et que vous avez toujours rêvé de découvrir un trésor caché au détour d’un chemin. Parce que vous êtes branchés développement durable et que vous pensez qu’il faut mettre en valeur des sites abandonnés et leur donner une nouvelle vie, un nouvel élan. Parce que vous vous imaginez bien faire une balade en vélo avec vos enfants et leur faire découvrir cet endroit un peu magique un peu allégorique. Finalement, parce que vous aimez l’art et que vous pensez qu’il faut soutenir les gens dans leur créativité. 

Participants au projet

Liliana Salone artiste et Guido Volpi ils sont l’incarnation des artistes utopistes. Ils porteront tout le volet artistique du projet. Ils ont déjà de nombreuses expositions à leur actif ainsi que des livres personnels et un livre commun. Leur univers est à découvrir en décembre au théâtre du Crochetan à Monthey, pour celles et ceux qui habitent dans la région.

Florence proton est la médiatrice et responsable de la communication. Elle a travaillé durant près de dix ans dans la communication maintenant, elle travaille dans le monde du théâtre contemporain comme médiatrice culturelle.

Muriel Constantin est la curatrice du projet. Elle est, entre autre, également la curatrice du musée Olsommer à Veyras.

Sarah Simili est l’administratrice du projet elle a été l’administratrice du Oh ! festival, festival qui fêtait le bicentenaire de l’entrée du Valais dans la Confédération.