Comment

Log in with your profile to comment on this project.

Log In

0

Important de donner une visibilité à la contribution de Bernard Crettaz

4

Ce film est important et j’ai toute confiance dans l’équipe qui l’a conçu.

Les sujets de film ou documentaires choisis sont de grande qualité, sincère et humainement profond. C’est rare et doit être souligné!

0

La présence de la mort rafraîchit toujours les expériences, c’est sa fonction: nous aider à méditer sur cette chose étrange qu’est le temps.
(Lawrence Durrell)

5

Je soutiens ce projet parce que j’aime la délicatesse et l’intelligence des films de Nasser Bakhti et que Bernard Crettaz apporte une vraie réflexion féconde sur la mort depuis des années. Je souhaite sincèrement que ce projet aboutisse!

1

Un presque contemporain, personnalité chaleureuse et engagée de notre république et de son canton, qui mérite cette nouvelle reconnaissance de sa trajectoire.

5

Bernard..., un vieux copain perdu de vue depuis longtemps ! la mort.... une amie de longue date avec qui les retrouvailles se rapprochent...et dans la brume des souvenirs : Yvonne à Madrid, le trio Magnin-Crettaz-Schlaepfer sur le toit des bagnoles en mai 68, l’IES, les contes, AFXB, ... Tout cela se brouille et se confond. Je me réjouis de voir ce film ! Salve à toute l’équipe.

5

La mort fait partie de la vie et il est important d’en parler. Et suivre Bernard Crettaz est une belle manière d’en parler.

3

Bonjour Nasser,
J’avais déjà beaucoup aimé le film «Un ange passé trop vite». Je sens combien cette thématique de la mort vous tient à coeur . C’est vrai que c’est important de détabouiser ce thème. J’y ai aussi consacré une partie de ma vie professionnelle. Merci à vous et à votre équipe pour cet engagement et au plaisir de visionner ce nouveau film dans notre région, le Jura. A bientôt j'espère et cordiales salutations

Christine Donzé

3

Soutenir des réalisateurs sensibles aux sujets de la mort qui fait tellement partie de la vie. Après un «Ange passé trop vite», rendre hommage (de son vivant !) à un merveilleux Passeur d'idées et de paroles : Bernard Crettaz, passionné et passionnant.

4

Bravo de parler et mettre en lumière ce sujet si délicat et malheureusement trop souvent occulté dans les pays occidentaux.
En son temps, j’ai assisté à un de ses premiers cafés mortels et visiter à Conches, son exposition « Vivre la mort ».
Je pense que la coïncidence de monter un film, à cette période exceptionnelle et non envisagée encore une année en arrière, sur les rituels du deuil, sujet si actuel n’est pas un hasard et ne pouvait que se faire avec Bernard Crettaz.

3

Vive Nasser et vive le cinéma !

0

Le message de Bernard Crettaz est tellement important particulièrement en ces temps de pandémie!

Picture a6782946 17a5 4066 a32e cef15dbe097e

Comme votre projet nous plaît, il figure actuellement parmi «Nos coups de cœur»! Il apparaîtra tous ces prochains jours sur notre page de démarrage et dans la catégorie «Recommandés».
Une bonne raison d’être fiers et de le faire savoir à tout le monde: publiez une news, un post ou un tweet!

5

Bernard Crettaz est un personnage emblématique de la parole sur la mort. Puissent ses messages trouver encore plus d'écho avec ce film.

4

Ce grand mystère qu’est la mort me fascine. J’assiste régulièrement aux Dialogues en mortalité organisés à Cara. Ce film est donc important pour réveiller la conscience de notre mortalité au plus grand nombre.

2

Un projet qui a du sens et qui est nécessaire pour pouvoir continuer à parler de la mort et des morts, Bernard Crettaz nous en donne ici l’occasion... Merci Béatrice et Nasser de mettre autant d’énergie dans vos magnifiques projets, là où bien peu se risqueraient...

1

Renouer avec la mort pour mieux apprécier la vie

0

Beau sujet ! Belle personne !
Avec mes amitiés
Daniel Calderon

4

Bernard Crettaz est une figure capitale du paysage culturel suisse et l'approche de Troubadours films subtile, intelligente et toujours très humaine.
Madeleine Caboche
( pas besoin de mon nom au générique )

0

Je juge importants tous les films de Nasser et Béatrice Bakhti