La pièce en soi

Etudiante au gymnase Auguste Piccard, je m’appelle Sarah Zein, je suis en dernière année et ce projet s’inscrit dans mon travail de maturité. Ce spectacle s’articule sur une pièce originale que j’ai écrite et dont le titre est « La Mansarde de mes Maux ». J’y suis autrice, metteuse en scène, comédienne et musicienne. L’histoire traite essentiellement du mal-être, de la folie et du suicide. Toute la réalisation est œuvrée par des étudiants bénévoles, engagés et dévoués à notre passion commune de la scène. Merci aux comédiens, Chana Batch, Rafael Mendes, Lola Hofer, ainsi qu’aux musiciens, Marion Centelighe, David Tritten et Thea Stadler.

En guise de résumé, cette pièce s’articule autour des thématiques de la souffrance, du mal-être et du suicide. Elle retrace les pensées d’une personne tout à fait ordinaire qui se confronte à ses propres émotions. La mise en scène tente de retranscrire un cheminement de la souffrance vers une possible voie de guérison. Cette illustration se fait à travers un voyage où s’offrent théâtre, musique et cinéma. L’idée du voyage repose sur le fait que les états de la vie ne sont pas immuables et que -comme sur scène- tout change continuellement. Pour ce faire, tous les comédiens représentent une seule et même personne. Chaque personnage représente une facette interne de l’individu et les facettes dialoguent entre elles dans la tentative d’avancer et de se libérer.

Loin de s’adresser à un public en particulier, la pièce a une portée philosophique et elle est destinée à toutes celles et ceux qui acceptent de repenser la souffrance par le biais du théâtre. La pièce n’apporte pas de réponses définitives aux conflits intérieurs, mais elle les interroge en laissant au public la liberté et la responsabilité de son interprétation.

Motivation

Quant au sujet de la pièce, je me suis toujours intéressée à l’humain. Avant de m’orienter dans le domaine scénique, j’ai longtemps voulu étudier la psychologie et la sociologie à l’université par soif de comprendre mais aussi par empathie. Bien sûr, je me suis très vite intéressée à la dépression qui touche énormément la population occidentale. Le mal du siècle l’appelle-t-on. Avec la montée en puissance des taux de suicide, j’ai vite compris l’urgence et le besoin d’en parler. Le suicide en soi m’a permis de m’intéresser non pas seulement à la dépression mais à des toutes autres formes de souffrances psychiques qui sont moins exposées. Mêler un spectacle au mal-être me semblait évident car l’art est un moyen fort intéressant pour y faire passer un message et aborder ces problématiques qui ne sont pas des plus faciles à traiter dans la vie de tous les jours. Nous pouvons ici donc parler de théâtre engagé. De fait, StopSuicide, une association qui propose des services d’aide et de prévention pour le suicide sera présente lors des représentations avec un/e psychologue afin de faciliter les discussions d’après spectacle. Leur présence explicite l’importance du sujet et rappelle que l’art proposé, n’est que la forme que j’ai choisi pour exposer une réelle problématique sociale qu’il faut absolument considérer.

En quoi votre soutien est précieux

Votre soutien nous tient énormément à coeur afin de pouvoir réaliser le spectacle et donner vie au script. Vos dons serviront principalement pour:

  • Nos costumes
  • Le matériel technique
  • La salle du spetacle
  • La publicité autour de l’événement
  • Les frais de tournage