Quand une bande d'ados se retrouve au bord des rails pour prouver leurs sentiments. Soutenez la réalisation de mon nouveau film The Life Underground, un court métrage entièrement souterrain.

CHF 2’230

111% of CHF 2’000

111 %
This is how it worksä

The «all or nothing» principle applies: The project only receives the funds if the funding target is reached or exceeded.

40 backers

Successfully concluded on 18/9/2020

𝗔𝗶𝗱𝗲𝘇 𝗺𝗼𝗶 𝗮̀ 𝗿𝗲́𝗮𝗹𝗶𝘀𝗲𝗿 𝗧𝗵𝗲 𝗟𝗶𝗳𝗲 𝗨𝗻𝗱𝗲𝗿𝗴𝗿𝗼𝘂𝗻𝗱

Un coming-of-age sur la construction de son identité, en noir et blanc, situé entièrement sous terre, dans le métro.

𝙎𝙮𝙣𝙤𝙥𝙨𝙞𝙨 : Noah, un jeune en quête d’identité, est convié par Ethan, son aîné et meilleur ami, à participer aux expéditions qu’il organise avec sa bande dans les entrailles du métro. Dans ce monde d’entre-deux, où ils se confrontent les uns aux autres afin de trouver leur place, Ethan va lancer aux ados un défi mortel : sauter au-dessus du chemin de fer avant que le train n’arrive. Aux yeux naïfs de Noah, tétanisé devant les rails, risquer sa vie semble l’unique moyen de se faire accepter et de vouloir exister dans le regard d’Ethan.

Je veux interpréter le besoin que les adolescents ont de s’affirmer envers les autres, mais surtout envers eux-même, au travers d’un jeu de la mort. Un saut de quelques secondes, un défi réel exprimant le besoin de se créer son identité en se prouvant aux autres.

𝗟𝗲 𝗺𝗼𝗻𝗱𝗲 𝘀𝗼𝘂𝘁𝗲𝗿𝗿𝗮𝗶𝗻 𝗲𝘁 𝗹'𝗮𝗱𝗼𝗹𝗲𝘀𝗰𝗲𝗻𝗰𝗲

Dans ce film, nous suivons Noah qui peine à se définir dans un monde voulant le définir à sa place. Nous observons le regard qu’il porte sur les autres mais plus particulièrement sur Ethan, son pote, son modèle, il ne sait plus trop. Quoiqu’il en soit il ne peut pas laisser paraître de désir. En les plaçant dans le métro, je souhaite leur offrir un monde souterrain où ils peuvent se permettent de vivre hors du regard de leurs parents et de tous responsables. Chaque personnage essaye de se démarquer de la bande mais Noah, Ethan, Nils, Zoé et Anton participent tous à cet entrain général qui les poussent au bord des rails. Finalement, le monde adolescent peut paraître trivial mais il est cruel pour tout le monde : sauter ou ne pas sauter, quelle que soit la décision, il faut du courage.

Récemment diplômé de l’Ecole de la Cité du cinéma de Luc Besson, j’ai la chance d’en sortir avec de multiples courts-métrages diffusés en festival. Mon film de diplôme 𝗟’𝗛𝗼𝗺𝗺𝗲 𝗝𝗲𝘁𝗲́𝗲 parcourt les festivals du monde entier (Busan, Barcelone, Winterthur, …) et vient d’être récompensé aux Schweizer Jugendfilmtage, mais maintenant, il faut que je puisse faire le prochain. 𝗧𝗵𝗲 𝗟𝗶𝗳𝗲 𝗨𝗻𝗱𝗲𝗿𝗴𝗿𝗼𝘂𝗻𝗱 est un projet que je mène d’arrache-pied depuis maintenant 2 ans, c’est mon premier film produit, mon premier film fait dans un cadre professionnel. J’en parle depuis 2 ans avec mes collaborateurs. Par exemple, avec Jacques Baguenier, directeur de la photographie sur mes films nous prévoyons les effets de lumières pour recréer les passages de métro, la technique de noir et blanc et l’utilisation de courtes focales depuis aussi longtemps !

Le casting est composé de 5 jeunes comédiens prometteurs: 𝙇𝙪𝙘𝙖𝙨 𝙁𝙖𝙪𝙡𝙤𝙣𝙜 dans le rôle de Noah, le suiveur préoccupé par ce qu’on pense de lui. 𝘼𝙧𝙘𝙖𝙙𝙞 𝙍𝙖𝙙𝙚𝙛𝙛 dans le rôle d’Ethan, le leader du groupe en quête d’attention. 𝙇𝙚́𝙖 𝙂𝙞𝙜𝙤𝙣 dans le rôle de Zoé, la skateuse nonchalante qui calme tout le monde. 𝙅𝙚́𝙧𝙚́𝙢𝙞𝙚 𝙉𝙞𝙘𝙤𝙡𝙚𝙩 dans le rôle de Nils, la tête brulée qui se prend la tête avec Ethan. 𝙋𝙖𝙪𝙡𝙞𝙣 𝙅𝙖𝙘𝙘𝙤𝙪𝙙 dans le rôle d’Anton, le petit nouveau, le meilleur pote de Noah

𝗢𝗻 𝗮 𝗯𝗲𝘀𝗼𝗶𝗻 𝗱𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 !

Tout se joue maintenant pour moi avec l’avènement de mes premiers projets professionnels, et le début de nombreux autres. La passion qui m’anime dans ce parcours du combattant qu’est de devenir réalisateur mais elle n’est pas la seule condition à la réussite d’un tel projet.

The Life Underground est produit par Tell Me The Story et ImaginaStudio. Nous avons déjà la chance d’être soutenus par Cinéforom, la RTS, la Banque Cantonale Neuchâteloise, la fondation culturelle du Casino de Neuchâtel et la fondation Engelberts ainsi que la fondation Sebastiana. Une fois terminé, le court métrage sera diffusé en festival mais également sur la RTS. Néanmoins, il nous manque encore quelques soutiens afin d’avoir les moyens de notre ambition. 𝗟𝗲 𝘁𝗼𝘂𝗿𝗻𝗮𝗴𝗲 𝗮𝘂𝗿𝗮 𝗹𝗶𝗲𝘂 𝗳𝗶𝗻 𝘀𝗲𝗽𝘁𝗲𝗺𝗯𝗿𝗲, 𝗲𝘁 𝗼𝗻 𝗮 𝗵𝗮̂𝘁𝗲 !

Aidez-nous à réaliser ce projet audacieux, résultat de plusieurs années de travail. 𝗢𝗻 𝗮 𝗯𝗲𝘀𝗼𝗶𝗻 𝗱𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 !

Chaque soutien est utile, qu’il nous permette d’offrir une rémunération professionnelle à notre équipe, de louer les optiques et la caméra dont on a besoin, d’avoir de la pluie pour une séquence clé, ou encore qu’il nous permette de filmer avec une rame de métro privatisée.

Découvrez toutes les contreparties uniques pour vous remercier de votre soutien : une invitation à l’avant-première du film où même sur le tournage si vous souhaitez découvrir les coulisses d’un film.

Merci d’avance pour vos partages et soutiens !