Que faire suite à la perte d’un enfant, après une telle épreuve ? Comment avancer et cheminer pour se retrouver et retrouver goût à la vie ?

LE FILM

Avec ce film documentaire, nous essayons de comprendre comment, pour survivre au manque et à l’absence de leur enfant disparu, des parents arrivent, ou essaient de trouver l’énergie et la force de continuer à vivre, à s’aimer, à aimer et à envisager l’avenir sans culpabilité ni colère. Comprendre aussi comment ils vivent en cultivant au quotidien l’espoir de trouver des chemins apaisants et apaisés.

Ce film sera aussi porteur d’espoir, car il met en valeur ce que ces personnes ont accepté de partager avec nous : Les expériences douloureuses d’un drame vécu comme une amputation, où ils ont le plus souvent, le sentiment de perdre la meilleure partie d’eux mêmes et doivent accepter la souffrance et l’exprimer pour la dépasser. Nous voulons aussi et surtout partager leur énergie qui montre leur volonté de vivre… car pour certains cette absence est une présence présente qui a pris un sens réel dans leur vie… leurs enfants sont toujours là, quelque part… Certes, il s’agit d’un film sur le deuil mais nous parlons plus de la vie que de la mort, avec la naissance de deux enfants durant le tournage, un cadeau inestimable qui rend le film VIVANT !

JOHANN L’histoire de Johann est celle de beaucoup d’enfants partis trop tôt, celle d’une famille heureuse et unie jusqu’à ce jour fatal du 18 mai 2008, avec l’irruption de la tragédie: la mort accidentelle de Johann. Il est mort la caméra au poing pendant un tournage à bord d’un ULM. Il filmait des images aériennes des paysages de la vallée de l’Arve.

«La vie n’a plus de sens… Elle n’a aucun sens car nous continuons à vivre mais tout est suspendu, figé…». Parents de Johann

Content

« Nul ne peut atteindre l'aube sans passer par le chemin de la nuit. » khalil Gibran

MOTIVATIONS DU REALISATEUR

En tournant ce film durant 3 années, je me suis rendu compte à quel point le sujet est délicat et sensible, souvent tabou. J’ai pu rencontrer des parents détruits par la douleur, anéantis par le manque mais qui se sont relevés et qui ont fait face avec de petites victoires et de longues épreuves ; cela ne les a pas empêchés de persévérer… et d’avancer sur le chemin de la reconstruction. C’est cette volonté et cette quête de vivre qui m’ont convaincu d’aller de l’avant et de faire ce film. Je veux faire un film qui s’adresse à un large public et qui soit porteur d’espoir, pour aider ceux qui vivent leur deuil en silence à sortir de leur isolement. Je veux aussi m’adresser à leurs proches dont les gestes et les paroles sont souvent gauches, maladroits et quelques fois blessants malgré eux.

Je me suis posé la question : pourquoi sommes-nous si maladroits et à ce point mal préparés à de telles situations ? J’ai assisté à des « cafés deuil », j’ai écouté des témoignages bouleversants et je me suis rendu compte du silence qui entoure la mort en général et le deuil en particulier. Nous savons tous qu’après la cérémonie de l’enterrement, rien n’est mis en place au niveau rituel pour aider à vivre son deuil avec les autres de manière sereine et apaisée. C’est la solitude, le repli sur soi, l’isolement. Souvent, le mal-être se transforme en dépression chronique, surtout chez les couples qui ne résistent pas à cette tempête du destin. Où et comment exprimer sa souffrance et partager ses émotions que nous devrions tous comprendre et reconnaître, pour aider ces hommes et ces femmes à avancer ?

Des personnes ordinaires et inspirantes: Il n’existe rien de plus ravageur dans la vie d’un parent que la mort de son enfant. Quel que soit l’âge de l’enfant, quelle que soit la cause de sa mort, cela semble injuste, même inimaginable, mais surtout, inacceptable. C’est un bouleversement violent du cycle naturel de la vie, qui est naître, vivre, vieillir et mourir. Face à ce terrible constat, j’ai essayé comme à chaque fois que je tourne un film d’être au plus près des personnes que je filme, en respectant la confiance qu’ils me témoignent. Il faut le dire et le répéter : sans leur courage et leur volonté de partager leur expérience, ce film ne se serait pas fait. Ils nous offrent une part intime d’eux-mêmes et une opportunité rare de nous aider à transformer notre regard sur la mort et notre rapport aux personnes qui vivent l’épreuve du deuil.

Pour moi, ce tournage a été une leçon de vie, il m’a aussi appris que faire face aux aléas de l’existence sans s’effondrer s’avère être un long cheminement qui passe par l’acceptation des aspérités du destin. Ces épreuves nous rendent plus résistants car elles nous forcent à mobiliser des ressources insoupçonnées que l’on porte en nous. Ceci dit, dans cette terrible situation, la douleur est la même pour tout le monde et les chemins vers l’apaisement sont multiples, à l’image de chacun de nous.

Content

VOTRE SOUTIEN pour un film qui va changer votre regard sur la mort et sur le cheminement du deuil

Nous avons choisi le FINANCEMENT PARTICIPATIF et avons BESOIN DE VOUS pour nous aider à finir ce travail de longue haleine. Notre équipe est toujours la même, solidaire et talentueuse, veillant à la bonne facture technique du film.

J’ai travaillé bénévolement durant ces 3 ans de tournage, convaincu par l’importance d’un tel sujet et l’enthousiasme qu’il a suscité en moi depuis le tournage des premières images.

SANS SUBVENTIONS ET SANS SOUTIEN DES COMMISSIONS, nous arrivons aujourd’hui au bout de cette aventure avec l’aide de proches et d’amis et un gros investissement de Troubadour Films. Le matériel recueilli est précieux au niveau du fond et de la forme et annonce un film bouleversant.

Vos contributions vont servir à financer le montage image, le montage son, le mixage, l’étalonnage et la musique. MERCI pour votre soutien, il va nous aider à aller de l’avant et à mener à terme ce film nécessaire avec des finitions de qualité pour une sortie cinéma prévue en 2018.

MERCI DE VOTRE SOUTIEN ! Plus vous serez nombreux à partager ce lien et plus nous aurons de chances d’atteindre notre objectif pour réunir les fonds nécessaires pour terminer le film. N’HÉSITEZ PAS À PARTAGER AVEC VOS AMIS, MERCI

Content