Regards de réalisatrices palestiniennes

Pour sa 8ème édition (5-10 décembre 2019), PFC’E a choisi de mettre en avant les Regards de réalisatrices palestiniennes, afin de participer à la nouvelle dynamique des luttes des femmes qui, en 2019, sont enfin entendues dans de nombreux pays, en Palestine comme en Suisse.

L’édition 2019 donne un aperçu de la richesse et des sensibilités spécifiques qui se dégagent de leurs réalisations. D’une part, la résistance quotidienne contre l’occupation israélienne et la dépossession de leurs terres est omniprésente et les réalisatrices ne manquent pas de montrer les conséquences particulières de cette réalité sur les femmes, par ex. lors de la 1ère Intifada. Leurs films évoquent aussi la force des traditions artistiques comme la musique et la broderie, ou encore l’importance de l’Histoire et de la mémoire. Enfin, elles font éclater les stéréotypes culturels et abordent des questions sensibles, considérées souvent comme tabou dans la société patriarcale et par leurs collègues masculins : l’inceste, les féminicides, les choix amoureux assumés, les tortures sexuelles infligées aux prisonnières-prisonniers, les déceptions lors du retour tant rêvé au pays.

Content

Soutenir la diffusion de leurs films

50% des cinéastes palestiniens sont des femmes, pourtant leurs films sont absents des salles de cinéma européennes par manque de moyens de production et de reconnaissances de leur travail.

C’est pourquoi PFC’E a choisi de soutenir leur diffusion par divers moyens :

–> Traduire et sous-titrer : en 7 éditions, 41 films ont été traduits et/ou sous-titrés par nos soins. Cette année 21 films ont dû être sous-titrés !

–> Inviter les cinéastes palestiniennes à présenter leur film à Genève : une occasion de rencontrer d’autres cinéastes palestiniennes, ce qui est très compliqué, voire impossible en Palestine. Nous sommes heureux d’accueillir pour cette 8ème édition Buthina Canaan Khoury, Mariam Shahin, Ghada Terawi, Zeina Ramadan et Shayma Awawdeh.

–> Faire circuler les films dans les pays francophones : dans les festivals de cinéma (par ex. Paris, Lyon, Bruxelles) ou auprès d’associations (par ex. Citoyens Résistants d’hier et d’aujourd’hui, Thorens-les Glières).

–> Publier une brochure-programme avec biographies et synopsis détaillés de tous les films, outil de référence recherché.

–> Faire vivre «Palestine : Filmer C’est Exister» dans d’autres villes suisses. Depuis 2018, PFC’E collabore avec le Centre de culture ABC à La Chaux-de-Fonds. Il a collaboré de 2016 à 2018 avec le cinéma Oblò à Lausanne.

Content

A QUOI VA SERVIR VOTRE SOUTIEN ?

Votre soutien servira à financer la traduction et le sous-titrage de 21 films documentaires et de fictions palestiniens suivants : Not Another Word de Cherien Dabis, 2013 - Today They Took My Son de Farah Nabulsi, 2016 - Golden Pomegranate Seeds de Ghada Terawi, 2010 - The Way Back Home de Ghada Terawi, 2006 - On Air de Ghada Terawi, 2011 - A Sketch of Manners de Jumana Manna, 2013 - The Chair de Laila Abbas, 2017 - Blogging Ramallah de Mariam Shahin, 2012 - Seed Queen of Palestine de Mariam Shahin, 2018 - Nour’s Gaza de Mariam Shahin, 2017 - Donor Opium de Mariam Shahin, 2011 - Rasheed de Samia Badih, 2019 - Dead land de Amjaad Habalreeh, 2019 - Silk Threads de Walaa Saada’, 2019 - Sard de Zeina Ramadan, 2019 - The Ghoul de Ala Desoki, 2019 - Pink Bicycle de Shada Wazouz, 2018 - A date de Omaima Hamouri, 2011 - Engagement Ring de Taghreed Al-Azza, 2012 - Separation de Areej Abu Eid, 2012 - In The Future They Ate from The Finest Porcelain de Larissa Sansour, 2015.