Pourquoi ce projet?

Alors que j’avais 6 ans, en Corée du Sud, mon pays natal, une femme très bien intentionnée m’a donné deux pièces d’argent avant de me mettre dans un taxi. Ce taxi m’a amené à l’orphelinat. En arrivant à l’orphelinat, une femme m’a proposé de mettre ces pièces en sécurité, ce que j’ai refusé en serrant le poing. Le soir est arrivé et je me suis endormie. Pendant mon sommeil, ma main s’est ouverte. Le matin, j’ai regardé cette paume vide et je me suis dit « j’ai tout perdu ». C’était comme tomber dans un puits sans fond, c’est lourd, c’est froid, c’est la fin. Ce jour-là le temps était magnifique. Des enfants jouaient et tournaient autour des balançoires de la cour. Je me suis approchée d’eux, me suis mêlée à leurs jeux et je me suis sentie vivre à nouveau.

Plus tard, nous avons pris l’avion avec un groupe d’enfants accompagnés par la Fondation Terre des Hommes quittant définitivement notre pays. Le premier contact avec notre pays de destination, la Suisse, a été l’hôpital cantonal de Genève pour un séjour de quarantaine. Je me souviens de grandes baies vitrées, d’un cadre moderne, du chrome des lits, des draps de lit blancs, de la blouse blanche des infirmiers et médecins, du lait chaud que nous donnaient les infirmières le soir. Je me souviens aussi de cette odeur magique pour moi, cette odeur d’hôpital, car elle me ramène aux soins attentifs donnés par toutes ces personnes qui nous entouraient et qui travaillaient ensemble, afin d’améliorer notre santé.

Bien plus tard, quand j’ai commencé les études de médecines, je suis entrée au CHUV à Lausanne. Lorsque j’ai senti à nouveau cette odeur qui m’avait transportée par le passé, je me suis dit « C’est juste, c’est là que je dois être ». Là, de nouveau, j’ai été soutenue par une communauté : plusieurs institutions m’ont aidées financièrement.

La vie m’a alors donné deux leçons. Chacun peut à tout moment tout perdre, tels les patients qui sont tombés malades et qui viennent à mon cabinet. La deuxième leçon, et ce message-là est plus important encore, est qu’à tout moment, même dans les moments les plus tragiques, il est possible d’être soutenu par une collectivité.

La Fondation CXIO prend racine dans cette histoire de migration, d’accueil, de soins, de partage et de communauté. Le nom CXIO est issus de l’esperanto, une langue universelle qui relie et rassemble. Ce mot signifie « le tout », « la globalité », dans l’idée de considérer l’être humain dans toutes ses dimensions : psychologique, somatique et contextuelle.

Un des buts de la fondation est de créer une communauté constituée de thérapeutes et de non-thérapeutes, comme des entrepreneurs, pharmaciens, ingénieurs bio-médicaux, ainsi que des patients qui, avec persévérance et curiosité, ont accumulé un savoir important sur leur maladie et qui désirent transmettre leurs connaissances.

La leçon que j’ai reçue de la vie en perdant les deux pièces d’argent est qu’une main vide est une main qui peut recevoir à nouveau : une nouvelle famille, une nouvelle culture, un nouveau départ. Une main vide peut aussi se relier à une autre main, à une communauté. Une main vide peut aussi, paradoxalement, donner. Que l’on parle de partage d’expérience ou de savoirs.

J’aimerais aujourd’hui remercier la vie d’avoir rencontré autant de personnes généreuses, soutenantes et bienveillantes qui m’ont permis d’en arriver là et de m’avoir inspirée, ce qui m’a permis de créer la fondation CXIO, afin de donner à mon tour.

Dès le début, ce projet a généré un fort enthousiasme exprimé par bon nombre de personnes qui ont pu s’identifier à cette idée. Parmi elles, je cite Lia Rosso, biologiste, journaliste indépendante et éditrice, ainsi qu’Oliver Collis, dont le background est la socio-anthropologie et qui travaille comme responsable du service social somatique au CHUV. Alors que ce projet était à peine ébauché, ils en ont vu l’intérêt et ont soutenu la Fondation de tout leur coeur. Nous faisons tous les trois partie du Conseil de fondation et à ce titre y travaillons bénévolement.

Merci !

Content

Pourquoi nous soutenir?

Nous avons besoin de vous, afin de poursuivre notre mission.

  • Vous désirez en savoir davantage sur les thérapies liées à une maladie, selon l’approche médicale classique associée à des approches complémentaires ?

  • Vous désirez savoir dans ce type de maladie comment les différentes thérapies peuvent travailler ensemble ?

  • Vous désirez pouvoir échanger avec des spécialistes au sein d’une structure indépendante et sans but lucratif ?

Nous désirons mettre à votre disposition des conférences live, des rencontres, blog et vidéos pour répondre à ces questions.

Ce projet est votre projet :

  • Ensemble créons des ponts entre les différentes approches thérapeutiques !

  • Faisons communiquer les professionnels avec le grand public !

  • Rencontrez la première communauté en médecine intégrative de Suisse !

  • La Fondation CXIO est un organisme indépendant et reconnu d’utilité publique

  • Ce projet est à but non lucratif

  • Les dons supérieurs à CHF 100.–/an, sont déductibles de votre revenu imposable

Rejoignez-nous!

A quoi votre soutien va servir

  • Inviter les meilleurs conférenciers pour nos prochains events

  • Réaliser des interviews des conférenciers lors de nos prochains events, disponibles gratuitement

  • Construire une communauté ouverte au dialogue entre les médecines

  • Produire des vidéos didactiques, claires et compréhensibles pour un large public

  • Faire intervenir des contributeurs scientifiques sur le blog

Merci!

Content