La naissance d’une oeuvre:

Après les six opus que sont «Cataï», «Rêveries sur l’Île verte», «Guitares valaisannes», «Vagabundo», «Acqua passata» et «Au Pays de l’Ailleurs», le compositeur valaisan Guy Kummer-Nicolussi avait besoin de prendre du recul pour se ressourcer… Besoin de s’éloigner de son encrier et de sa «plume»… Envie de silence… Laisser baguette et instruments dans leurs étuis. Il fallait que sa partition reste blanche pour ne pas que sa muse s’étiole.

Deux années de méditation sur les œuvres passées, différentes, mais unies par un lien de sang très fort dont l’aboutissement est un concerto pour cordes et timbales qui fera entrer en vous la puissance invisible et vivifiante de cette musique.

Ce dernier album retrace la rencontre et la communion entre Claudio Abbado et Guy Kummer-Nicolussi, deux compositeurs hors pair. Apologie de la transcendance communicative de la musique entre vivants et défunts. Cordes et timbales comme un dialogue entre deux mondes.

Pourquoi nous soutenir ?

Votre soutien à cette production servira à:

  • l’enregistrement et post-production par le Studio Madrigal,
  • la réalisation du graphisme du projet et création du livret CD,
  • les frais liés à la presse des CDs,
  • la promotion du concert et du CD.

Votre participation est importante et nous vous proposons des contreparties originales qui vous permettront de faire connaissance avec ce compositeur de musique classique, ses péchés mignons, ses œuvres, de partager ses angoisses d’avant concert, sa satisfaction après l’émotion vécue par les spectateurs, etc...

Le compositeur:

Né le 23 février 1961 à Sion, cadet d’une fratrie de 4 enfants, Guy Kummer-Nicolussi est initié tout petit à la musique par son père qui aimait Glenn Miller, Sydney Bechet, Duke Ellington, et sa mère, de par son origine italienne, passionnée d’opéra et les Vivaldi, Verdi, Rossini. A 17 ans, son frère Philippe l’initie à la guitare. Et la même année, à Noël, sa mère lui offrira son premier instrument ainsi que le coffret des symphonies de Beethoven.

En 1981, il s’installe à Genève et poursuit ses études au Collège de Saussure pour se voir décerner une maturité artistique option musique puis fréquente la Faculté de Lettres en musicologie. Il sera ensuite l’élève d’Alexandre Rodrigues en guitare classique au Conservatoire de Genève et d’Éric Gaudibert pour la composition. Déjà à cette époque, il compose diverses pièces qui feront partie d’enregistrements ultérieurs.

Mais le bonheur, c’est quand le malheur fait la sieste… Et la sieste se termine le 28 juillet 1995 lorsqu’en Indonésie, un syndrome de Guillain-Barré le rend tétraplégique. Guy en sortira changé, tant physiquement que dans sa vision du monde, retranscrite dans sa musique, ses œuvres vont se libérer du futile et puissamment s’élargir.  Guy n’a plus la guitare à la main, mais une plume, et, une baguette avec laquelle il joue du plus beau, du plus complet des instruments : l’orchestre.

Depuis, il compose… Ce CD sera le 8 opus édité.

Les musiciens:

Cette nouvelle oeuvre sera interprétée par l’Orchestre de chambre du Valais, constitué d’env. 30 instrumentistes, professionnels vivant en Valais, d’autant de substituts et de solistes.