En quoi consiste notre projet?

Saviez-vous qu’à Buenos Aires, les vendeurs ambulants sénégalais, communément appelés manteros, souffrent chaque jour de la violence policière et institutionnelle, fruit de politiques d’État restrictives et d’un racisme insidieux?

Les manteros sénégalais sont quotidiennement réprimés et chassés de la rue (espace public); ils sont discriminés en raison de la couleur de leur peau et du caractère informel de leur activité. Les opérations de police ont lieu tous les jours et se terminent souvent par des altercations, avec l’usage excessif de la force et la confiscation de leur marchandise. Comment les manteros sénégalais vivent-ils cette confrontation quotidienne ?

La caméra se propose de suivre et d’écouter l’histoire de Eladhji, Ali, Via, Samba, Omar, Mbaye et Moussa, sept manteros sénégalais travaillant dans les rues de la capitale argentine. Elle captera leur histoire, leur culture et leur réalité quotidienne représentant actuellement une communauté de plus de 10’000 Sénégalais. «Little Dakar» donne la parole à des voix oubliées qui nous révèlent leurs vérités, leurs réalités, leurs espoirs. Sans tomber dans la victimisation, sans peur, ni honte… dans l’espoir que, peut-être, quelqu’un les entende.

Étant très sensible à toutes sortes d’injustices, nous voulons que le public puisse mieux connaître la communauté sénégalaise et surtout démontrer, à travers diverses histoires de vie, que migrer et survivre ne constituent pas un délit. La violence et la répression que subissent ces personnes ne sont en aucun cas justifiées. Nous voulons aider à démonter les stéréotypes négatifs qui identifient les vendeurs de rue comme des criminels dangereux ou encore des trafiquants de drogue, clichés qui contribuent au contrôle policier excessif.

Picture 46492309 0d62 4e73 8e17 f689a57e16e2Picture bfc54608 f9c4 4916 b802 90f8eae3da73Picture 07759b14 8107 4688 b62c 63de960b978fPicture e388ce73 f561 4ef0 9ec7 c3d18276d6c2Picture 9d172e2f 1728 4629 b458 9fe0e9a268d0

Pourquoi notre projet est spécial?

«Little Dakar» est un projet novateur et audacieux qui invite les protagonistes à collaborer pour raconter leur propre histoire.

Pour ce faire, nous allons créer un atelier durant lequel, à raison de deux fois par semaine durant deux mois, nos sept compères apprendront les rudiments du cinéma (comment utiliser une caméra, comment interviewer, etc…). De plus, cet atelier va leur permettre de pouvoir s’exprimer librement aux travers d’activités que nous avons préparées. Nous travaillerons ensemble sur les émotions de chacun afin de travailler au mieux leur parole et de lui donner la profondeur nécessaire. Nous voulons que tous nos compagnons sénégalais se sentent partie intégrante du projet et puisse collaborer, donner des idées ou même saisir la caméra pour filmer et raconter leur propre histoire.

Le calendrier du projet:

  • Rencontres/atelier: mars/avril/mai 2020

  • Tournage: juin 2020

  • Post-production: juillet/août 2020

  • Première: Fin d’année 2020 ou début 2021 (Buenos Aires, Genève et/ou Fribourg)

Contactez-nous en envoyant un mail à littledakar2020@gmail.com si vous avez des doutes, des questions ou des suggestions :)

Picture 04a0f078 ae5c 4214 b184 328bf0cea94cPicture 33f0265c 673b 4d2c a13d 9fb0adcd8564Picture f2fa5956 e589 4ba1 9e5c e259d115890dPicture 2bdd3b9a b236 49be b60f aa2abb23c268Picture 24071b4a 7ff4 4d43 ae2c dc0352a2c16c

Ce que nous allons faire de vos dons

Réaliser un documentaire demande d’importants moyens techniques, mais aussi financiers. Pour que notre documentaire «Little Dakar» puisse voir le jour dans les meilleures conditions, nous avons aujourd’hui besoin de votre soutien financier. Avec cette aide, nous pourrons commencer le tournage du film, louer une salle pour le tournage mais aussi pour nos rencontres semanales et puis encore louer le matériel manquant nécessaire (lumière, son). Par souci d’équité, nous voulons absolument pouvoir dédommager les protagonistes et participants principaux. Finalement, vos dons serviront également au mixage et à l’édition du film.

Votre participation, quelle qu’elle soit, nous permettra de mener ce beau projet à terme, et ainsi de sensibiliser le plus grand nombre de spectateurs possible. Car, plus qu’un projet artistique, nous pensons que ce film documentaire est nécessaire dans la prise de conscience de la discrimination malheureusement encore bien trop présente dans le monde. D’avance, nous vous remercions sincèrement pour cette précieuse aide.

Objectifs financiers:

  • 7’000 CHF: réalisation du tournage et de la post-production.

  • 8’000 CHF: réalisation d’une version en wolof (langue du Sénégal).

  • 10’000 CHF: le film passe par un studio de mixage professionnel.

  • 13’000 CHF: distribution et déplacement dans les festivals (Suisse, Argentine, France, Sénégal). Organisation de conférences lors des projections, dans les écoles, les associations, etc… Distribution à l’étranger.

QUI SOMMES-NOUS?

ADRIAN COBOS

Adrián est un producteur et réalisateur audiovisuel Mexicain qui est venu à Buenos Aires pour faire des films. Diplômé en langue et littérature de l’Universidad Nacional Autónoma de México, il possède un diplôme de l’école de direction audiovisuelle de cinéma, Eliseo Subiela à Buenos Aires. Il enseigne l’espagnol aux immigrants sénégalais en Argentine et travaille comme producteur.

Pour voir son travail –> https://vimeo.com/352832733

VALENTINE DE DARDEL

Réalisatrice et investigatrice du film. Après un Bachelor en relations internationales à l’Université de Genève et des études en journalisme documentaire à Buenos Aires, Valentine se lance avec son premier grand projet documentaire : «Little Dakar». Romande d’origine, elle vit et travaille actuellement à Buenos Aires où elle donne elle aussi des cours d’espagnol à la communauté sénégalaise.

Picture ff4a6474 d980 464d 89b1 ac3f9b8e3d61Picture 62cefe0f 3387 4c70 96c4 7063afefd3b8