Le film

Le film, d’une durée de 26 minutes, sera réalisé grâce au vaste archive de pellicules 16mm (que ce soit en noir et blanc que en couleur), aux photographies et aux textes laissés par Nini. Il représente un matériel spectaculaire qui montre la difficulté de l’escalade durant les premières années du siècle dernier, la joie des succès, la désillusion due aux échecs, les panoramas et les sensations que la montagne offrait et offre toujours. En plus de ce matériel, des séquences du fils de Nini seront réalisées. Lorenzo, soixantenaire, deviendra le fil conducteur du film de par ses souvenirs.

«Nini» ne sera pas un film sur la montagne, mais un film sur une jeune femme et sur sa famille, ayant comme environnement la montagne. En effet Pietrasanta fut si bien une alpiniste de renommée qu’une femme et une mère qui dû, après la mort de son mari, assumer seule l’éducation de son fils Lorenzo. Lequel ignora pendant longtemps la véritable histoire de ses parents. Nini, peut-être par peur que lui aussi se passionne au risque de la montagne, ne parla jamais de ce père grand alpiniste, ni de leur ascension ou de leur succès. Pour lui, Gabriele était simplement un bon pianiste mort beaucoup trop jeune.

Aujourd’hui, plus de huitante ans après, les pellicules réalisées par Nini reprennentvie : restaurées et remontées, ces documents nous ramènent à l’époque mythique de l’alpinisme italien, quand l’homme lança, et souvent vainquit, un défi difficile à la montagne. Mais ces images restituent également et surtout la vision féminine et maternelle de Nini, très éloignée et différente de celle de ses collègues masculins.

Background

Durant les années 30 Nini Pietrasanta fut une des premières alpinistes féminines et une pionnière de la prise de vue en montagne. Avec son mari Gabriele Boccalatte, un musicien amoureux de la grimpe, elle accomplit de nombreuses escalades portant toujours avec soi un appareil photo et une caméra 16mm avec laquelle elle filmait chaque moment de leur aventure. En 1938 les pellicules s’interrompent brusquement car Gabriele perd la vie lors d’une ascension difficile sur le Mont Blanc. Ce fut la fin, Nini cessa d’escalader pour s’occuper de leur fils Lorenzo, âgé d’une année.

Pourquoi nous avons besoin d’aide

Notre objectif est de recueillir, en 30 jours, CHF 2000 qui serviront à couvrir les frais liés à la restauration complète des pellicules 16mm tournées il y a plus de 80 ans par Nini et qui seront la «matière première» du documentaire.

A propos du réalisateur

Née en 1981 à Varallo Sesia en Italie, Gigi Giustiniani est diplômé à «l’Universita Statale di Milano» et à la «Scuole Civiche di Cinema, Televisione e Nuovi Media». Depuis 2005 il travaille en tant que réalisateur et directeur de la photographie. Parmi ses oeuvres, de nombreux documentaires sociaux et projets collectifs. En 2013 il signe la «Montagna dei Vivi» dans lequel il se confronte avec l’imaginaire et les légendes nées autour du Monte Rosa.