Oracles – L’avenir, c’était mieux avant

Est-il possible de connaître l’avenir? Voilà la thématique intemporelle que le Groupe de Théâtre Antique de l’Université de Neuchâtel a décidé d’aborder dans son nouveau spectacle Oracles – L’avenir, c’était mieux avant.

Appliquant une formule éprouvée – une traduction inédite, adaptée au grand public et jouée dans une mise en scène contemporaine – le GTA a rassemblé une collection de textes de l’Antiquité grecque et romaine autour de la divination.

Le spectacle

Dans une mise en scène moderne basée sur un travail de chœur, le spectacle entraînera les spectateurs dans le monde des devins, prêtresses et sorcières de l’Antiquité, sur un ton qui alterne entre ironie, comique et tragique, sans oublier un soupçon de magie. Le temps d’un spectacle, le GTA fera revivre des rituels antiques, et des effets sonores et visuels garantiront une immersion complète. Frissons assurés!

Nous recherchons encore de l’argent pour compléter notre budget de création. La qualité du travail de notre troupe est possible grâce à son encadrement professionnel : metteur en scène, scénographe, musiciens, régisseur.

Lieu: Maison du Concert à Neuchâtel

Dates:

  • vendredi 15 mai 2015 à 20h30
  • samedi 16 mai 2015 à 19h00
  • dimanche 17 mai 2015 à 17h00
  • mardi 19 mai à 20h30
  • mercredi 20 mai à 20h30
  • jeudi 21 mai à 20h30
  • vendredi 22 mai à 20h30
  • samedi 23 mai à 19h00

La traduction

Le choix des textes traduits reflète la diversité des opinions antiques sur cette question à travers la grande diversité des auteurs, époques et genres littéraires représentés: des extraits de tragédies (Eschyle, Euripide, Sénèque) et d’épopée (Lucain), des récits historiques (Hérodote), des traités techniques (Cicéron) ou théologiques (Plutarque), la fable (Esope) et la satire (Juvénal). La traduction a été pensée pour la scène, accordant beaucoup d’importance au respect des styles propres à chaque genre littéraire ainsi qu’à l’accessibilité pour un public non spécialisé; un travail d’adaptation a également été nécessaire pour les extraits issus des textes qui n’étaient pas destinés à être joués.

La musique

Le spectacle «La Pythie» a donné lieu à une composition électroacoustique originale du duo PSP, né de la rencontre de deux musiciens, Sophie Delafontaine, compositeur électroacoustique, et Vincent Thekal, saxophoniste et compositeur jazz.

Le duo PSP use du large éventail de sonorités déjà à sa disposition. Il a composé des musiques d’ambiances discrètes, qui accompagnent les acteurs dans leur jeu sans pour autant dominer l’espace sonore et, d’autre part, des musiques rythmées et entraînantes destinées à certains moments-clés. Ces morceaux permettent d'opérer certaines transitions
entre les différentes parties du spectacle. Les compositeurs ont su conserver l’aspect magique et incantatoire propre à la thématique de la pièce.

La divination dans l’Antiquité et de nos jours

S’il ne reste à notre époque de la divination antique que les horoscopes que les pendulaires lisent rapidement dans les journaux gratuits le matin, le besoin de sécurité, d’informations fiables et de prévisions n’a pas disparu; qu’il s’agisse du temps qu’il fera demain ou du chaos climatique, de l’évolution de la conjoncture économique, de la prévision de l’avenir à l’aide du Big Data ou de l’avènement d’une intelligence artificielle, notre époque se caractérise par ses paris risqués sur l’avenir.

Dans l’Antiquité, si les méthodes de prédiction différaient, les enjeux étaient les mêmes. Avant de prendre une décision – qu’il s’agisse de déclencher une guerre ou de se marier – il était prudent de s’assurer du soutien des dieux. Pour ce faire, de nombreuses possibilités, plus ou moins officielles, s’offraient aux consultants, allant du célèbre oracle de Delphes à la consultation d’astrologues, voire à la nécromancie. Quant à l’efficacité des prophéties, elle est objet de débats déjà dans l’Antiquité: des sceptiques dénoncent une escroquerie, des satiristes se moquent de la crédulité de leurs contemporains, des philosophes discutent de la possibilité ou de l’utilité de connaître l’avenir.