Une entreprise a l'écoute du social.

Être un maker, c’est un état d’esprit. Les makers partent de l’idée que n’importe qui peut innover et changer le monde. Pour un maker, il n’est pas nécessaire d’être un expert ou un professionnel pour faire évoluer les choses. Chacun peut apporter des idées neuves, bricoler, expérimenter, et faire que les choses qui l’entourent répondent mieux à ses attentes.

Dans les ateliers, dans les garages, il y a toujours eu des bricoleurs et des amateurs passionnés – ou simplement occupés à réparer leur maison, leur voiture ou leur bicyclette. Mais depuis l’avènement de la microélectronique, des logiciels complexes et des matériaux de pointe, la plupart des gens ont perdu tout contact avec le produit. Les appareils que nous utilisons ressemblent désormais à des boîtes noires : inaccessibles à Monsieur Tout-le-Monde, et tellement complexes que nous sommes relégués au rang de simples consommateurs de solutions toutes faites, incapables de modifier ou de réparer nos appareils.

Le mouvement des makers reprend le contrôle sur la technologie, en surfant notamment sur la vague des technologies moins onéreuses, plus ouvertes et beaucoup plus accessibles. Imprimantes 3D, machines de découpe laser mais aussi forums en ligne pour échanger des idées, accéder aux modes d’emploi et partager des expériences : autant d’éléments qui sont désormais à la portée des amateurs.

Dans le monde entier, des fablabs, des ateliers et des forums en ligne permettent à des milliers de personnes de découvrir qu’il est possible de transformer une idée en un produit concret et utile – sans pour autant être ingénieur. Des centaines de milliers de personnes fréquentent les «maker faires» pour exposer leurs propres projets, en découvrir d’autres, et profiter de l’expérience d’autrui. Certains inventent des robots, des drones ou des voitures ; d’autres créent des vêtements, fabriquent des jouets, des instruments de musique, etc.

La création se démocratise

Le mouvement des makers ouvre de nouveaux horizons à l’ingéniosité. Il ne fait aucun doute que les prochaines années seront riches en inventions et produits très utiles conçus par des amateurs et des passionnés capables d’imaginer des solutions qui ont échappé aux experts et aux sociétés commerciales.

À l’ère industrielle, il fallait un laboratoire pour concevoir un produit et une usine pour le produire, il fallait donc de l’argent pour entreprendre. Aujourd’hui, une bonne idée, un ordinateur portable et une connexion internet suffisent pour lancer un projet à l’échelle planétaire.

Les obstacles sont moins nombreux et l’aide disponible beaucoup plus abondante. En ligne, il est possible de trouver des gens à même d’améliorer une idée ou de résoudre certains problèmes techniques. Sur son ordinateur, chacun peut disposer de logiciels d’études et de conception bon marché et faciles à utiliser. On peut aussi se rendre dans un fab lab local pour fabriquer un prototype et « imprimer » une invention à l’aide d’une machine de découpe laser ou d’une imprimante 3D.

Pour réunir les fonds qui permettent de lancer la commercialisation d’un produit, il est également possible de faire appel au financement participatif (« crowdfunding »). Il suffit de réaliser un descriptif convaincant et une vidéo de démonstration puis de les publier sur un site web de financement participatif, qui permet aux personnes séduites par une idée de s’engager à acheter le produit une fois disponible, ou de contribuer financièrement à son développement.

Si l’invention a du succès et qu’il faut se lancer dans la production à grande échelle, plus besoin de posséder d’usine : sur le web, il est facile d’en trouver une qui se chargera de fabriquer le produit en question. Internet peut également servir à faire la publicité des produits à l’échelle mondiale et à les vendre en ligne. Une autre solution consiste à s’associer avec de gros détaillants qui vendent désormais des produits créés par des concepteurs.

Une approche qui a de l’avenir

Il ne s’agit pas de tout faire soi-même, ni de tous se lancer dans le commerce international. Il est évident que créer des solutions et des produits novateurs exige beaucoup d’efforts et d’ingéniosité ! Ce qui importe, c’est la possibilité qui est désormais donnée à chacun d’avoir accès à des outils abordables et à des communautés d’entraide qui permettent de créer à peu près n’importe quoi, pour autant qu’on le veuille. Tel est l’état d’esprit des makers. Dans un futur où des machines intelligentes vont petit à petit nous décharger de nos tâches, et où les services et l’information vont être produits et diffusés à l’échelle mondiale, les choses vont rapidement évoluer et il deviendra difficile de gagner sa vie sans sortir de la routine. Au contraire, notre travail va consister à « penser créatif », à trouver de nouveaux moyens de résoudre les problèmes et de relever les défis. Nous devons tous nous voir comme des makers : capables de nous impliquer et de contribuer à la création du monde qui nous entoure.

n’étant pas assez capable Ecrire un texte me représentant le mieux j’ai pris celuis si sur wave-inovation.com qui me définis très bien, et les intention de mon entreprise avec une touche plus accentuer sur l’artistique.

Ce dont il s’agit.

Une entreprise à l’écoute du social,

Mon amie ayant la myasthénie auto-immune une maladie rare, attend depuis 4 ans une réponse de la part de l’AI. Elle est en fin de droit d’indemnités de chômage et doit donc survivre avec mon «salaire», selon décision du service social de la Gruyère en regardant 3 décomptes de salaire (même pas une moyenne) , sans aucune aide financière et aucune solution de la part des services «sociaux». Malgré la mesure d’accompagnement de coaching à la création d’entreprise soutenue par le chômage (où normalement je n’ai pas le droit de vente) je ne parviens pas à financer mon R&D, fourniture, locaux, équipement, etc. puisque nous n’avons qu’un revenu « social » pour 2, sans aide financière d’encouragement à la création d’entreprise ou de réinsertion de la part du canton.

Si mon amie ne peut plus payer son assurance ils la mettent en demeure selon l’article 64a de la LAMAL et elle n’a plus de médications, et donc ne peut plus se soigner…En suisse. Eh oui !!

Mais cette situation m’encourage et argumente mes propos, à me battre pour défendre des idéologies « différentes de la normalité » par une approche pédagogique d’une personne ayant un handicap comme le mien. Je précise, j’ai des troubles de l’hyperactivité, j’ai dû vivre avec et me construire, j’ai fréquenté 15 écoles primaires différentes, ai vécu dans 5 familles d’accueil, foyers et écoles spécialisées, le tout avec de la maltraitance physique et psychologique.

Et ce n’est qu’à l’âge de 42 ans, après un burn-out, que j’ai été diagnostiqué avec un syndrome d’hyperactivité, J’ai alors dû vivre sans aucun accompagnement social et pédagogique, seul, en essayant de trouver des stratégies pour m’éduquer et m’intégrer à cette société qui ne m’a jamais accepté. dont, la mauvaise prise en charge socio-éducative a activer des troubles Asperger.

Nous sommes déçus qu’avec les moyens soi-disant développés et tout l’argent pris au contribuable de notre pays, et le fait que nous ayons cotisé aux assurances sociales pendant des années, que la prise en charge ne puisse pas être plus efficace. De nombreuses personnes subissent ces dysfonctionnements en silence, parfois même subissent des maltraitances pas forcément volontaires de la part de ceux qui sont censés les aider, mais qui n’ont pas toujours les bonnes cartes en main, les bonnes formations, les bons moyens. C’est fou qu’en Suisse on doive vivre ces problèmes.

Et c’est pour cela que nous avons décidé, malgré les soucis, de continuer notre «entreprise» personnelle, ayant comme base morale et éthique, le combat et l’information contre la discrimination et la maltraitance de maladie, de faciès, de valeurs, et les torts moraux subit à outrance, et les erreurs commises par l’ignorance, qui ne se voient pas et qui ne sont pas reconnues et prises au sérieux de toutes sortes comme je l’ai subi, comme cela a été subi ou vécu par d’autres personnes.

Et pour cela je vais essayer d’utiliser exprimer ou canaliser la frustration de mon vécu de personne maltraitée. N’ayant pas fait un cursus scolaire «normal» je n’ai pas toutes les capacités, par exemple à l’écrit, qui sont requises pour être intégré dans notre société. Donc j’essaye de m’intégrer par mes créations, ma plus grande force étant la créativité. (Oui… Je suis apparemment un «Artiste» ayant passé à deux reprises avec 25 ans d’écart le Test Holland « RIASEC » avec toujours le même résultat artistique au plus haut.)

Picture 8d10827c 88e6 43ad 8a9c 5010228bfc56Picture 90d07b91 eb82 4c78 a574 293e7eea9e1dPicture 14d2c189 0318 4b0d 8818 bd991b784f64Picture f04e0a8b b946 4630 9fdb 66dd0da97d58Picture 70e59ba1 1acf 434a b4a0 1dccc64f8d03Picture d2e0cdfb 4a51 4cd0 b4f5 e98b85485477Picture 1ca265d8 4770 4226 8b15 a011f4ec5ed2Picture 7e39bd85 0863 44ba b29b 1a6d010d6390Picture feab059e 48fa 4767 8491 09fa38e5fe5aPicture 02ad55ba 4664 4458 815b 6d321fddcdf2Picture 57f99c1f edaa 491c 86a2 90c9b13f32fcPicture 6a63c61d 9567 4e39 ae18 db933acd28d1Picture 606eb191 6ffe 458c 9f9f 0189d2821859Picture 848f9c9b dfc9 4d50 b67b 8975478238ccPicture 16419ef2 f7c0 4012 b897 4ced4351fbc6

Ce que mon projet a de spécial

Mettre en lumière des dysfonctionnements de la prise en charge sociale dans un pays soi-disant, d’après Doris Leuthard, «des droits de l’homme», par le biais d’une entreprise.

L’éclectique sera la première impression, de mes « œuvres » car mon handicap sera ma force, et ayant énormément d’acquisitions cérébrales a la seconde je peux donc me projeter dans le futur ou le passé et dans beaucoup d’univers et avoir une perception précise des demandes de mes interlocuteurs, mais a contrario j’aurais besoin d’un cadre adapté et strict avec des moment de repos pour ne pas me «disperser» et pour me concentrer.

Le mot design dans mon nom d’entreprise est une valeur très universelle, que je voulais souligner, car pour moi elle regroupe et représente «LE MAKER», la conception, la création, les fonctionnalités de nombreux thème ou domaine comme la survie, l’ingéniosité, le futur, la technologie, l’innovation, la beauté, l’esthétique, le confort, le besoin, la sécurité, l’irréel, la finesse, l’art, etc.

Une chaîne «d’information» (pour l’instant en test) sur les sites comme YouTube sur la vulgarisation de divers thèmes abordés et analysés par un extra-terrestre dans son croiseur interstellaire hyperactivity. Par exemple, la vidéo suivante porte sur la réelle utilisation d’un hand spinner par une personne hyperactive et peut être acquis pour exemple part certaine formation, d’institution, ou professionnel en étude pédagogique.

A quoi votre soutien va servir

Crée une entreprise dynamique en holacratie et créatrice, réunissant une multitude de projets redynamisant la Suisse dans le marché du design et du combat contre l’ignorance et montrer que malgré les dysfonctionnements de nos autorités gouvernantes voulant à tout prix faire des économies au détriment du social et de l’éducation, pour les réinjecter dans des avantages fiscaux pour faire venir les entreprises étrangères, pharmaceutiques, assurances ou métallurgiques, il l’est possible de s’en sortir, «Avec nos réelles Compétences, en étant différent» et de se battre pour des causes «invisibles», qui deviendront visibles grâce à vos dons.

Un énorme catalogue de «Line» en R&D pour l’instant. http://n-s-t-t-s.blogspot.ch/p/vente-de-mes-produit-fait-main.htm

Boutique facebook https://www.facebook.com/pg/swisssecretdesign/shop/?ref=page_internal

Boutique etsy https://www.etsy.com/fr/shop/SWISSSECRETDESIGN

Développer une gamme de meubles ou accessoire recyclé

En carton, papier, tissus, béton, fil de fer, végétau ou autres matériaux jetés ou customisés, par exemple: je reçois beaucoup d’emballages de carton avec mes nombreuses commandes donc recyclons-les pour la planète. Et pour montrer et démontrer qu’avec peu de moyens et surtout des idées l’on peut faire ou customiser de très belles «choses» avec des objets ou matériaux de tous les jours.

Développer une gamme de bijoux et accessoire

En alliant des travaux manuels comme le cuir, le bois, la stéatite, le crochet, le cuivre, l’acier, etc. avec certains matériaux plus avancés technologiquement par la suite comme le kevlar, le titane, l’aramide, le Pertex, le Millar, le Dacron, le Tyvec, etc. Selon besoin et loisirs.

Ré-entretenir, customiser et faire la promotion de la réparation et de la restauration.

A la place de la surconsommation et de l’obsolescence programmée ou ligne directe entre producteur et acheteur ou suivant les contacts et disponibilités régionales, l’utilisation de matériaux avec le cheminement le plus court ou autre système de gestion logique et réellement optimisé pour le plus grand bien des êtres de cette planète.

Développer une gamme d’habits

Mon cerveau ayant emmagasiné énormément d’information il peut concevoir n’importe quel style. Pour des personnes assumant leurs différences physiques et de styles.

Créer une fondation si tous fonctionnent à long terme sur toute sorte de discrimination par ignorance, avec formation et ouvrages sur le sujet. Prenant en charge et employant des personnes dans le besoin en prise en charge globale. Handicap, immigration, délit de faciès, en recherche d’emploi (personne de 40 ans et plus), en ayant des structures de bien-être, crèche, pause, jeux, syndication, optimisation réelle du travail avec méthodologie, Kanban, Pomodoro, Procrastination structurée, lois de Pareto et Parkinson, la Garanderie, holacratie, travail et horaire adaptatifs selon la mobilité et le bien-être de chacun, Etc. Et même arrivé à faire une banque pour le social.

Picture ffa875ac 19c2 4fda 851a 3abde7c00130Picture 8ccee73d 7397 4e60 8d46 7a8cde54f771Picture 82d41e48 45cf 433b 890a 54efba1becf0Picture 46f42312 697b 430e a972 35488554cba3Picture a2e87395 fbb3 4f00 a31f 2a0193ca7ce6Picture ffa4a20e 70b5 49cb 94b1 846951a58c32Picture 910819a7 db6b 4b25 a05e 7045d94d4bd4Picture b034691d 7bdd 49bf b8ec 86838e935381Picture f39573f1 0d07 4ece ab2b 2308d1bdbc0fPicture 45e093d1 d5ef 4961 a891 ee5908472ac8Picture 87514a1e ab44 4b13 9688 dc2371e9f842Picture b76545a6 3df7 426f a8e3 48aa0473d28bPicture 9ce929a3 e853 4dac 8acd 921898734189Picture 00f8cec9 1a02 432b 8e1c 54053ed2101e