Une Affaire de Minijupe est une série TV de 12 épisodes de 26 min tournée à Genève, racontant les tribulations d’une famille d’origine africaine, sur fond d’humour et d’interactions culturelles.

CHF 41’958

104% de CHF 40’000

"104 %"
Comment ça fonctionneä

Le principe du «tout ou rien» s’applique: l’argent ne sera reversé au projet qu’à condition d’avoir atteint ou dépassé l’objectif de financement.

192 contributeur*rices

Clôturé avec succès le 14.8.2017

Série TV «Une affaire de mini-jupe»

Série TV novatrice qui a suscité l’intérêt de la RTS et de TV5 Monde

« Une affaire de mini-jupe » est une fiction promotrice de messages forts, traités avec lucidité et humour. Contribuer à son financement permettrait, de manière inédite, de diffuser à la télévision une série positive, fédératrice et valorisante, tant pour les populations étrangères que pour la Suisse et son modèle d’intégration. __________________

PORTER LA DIVERSITÉ À L’ÉCRAN

En 2007, la Confédération helvétique a promu, l’intégration comme une « mission essentielle de l’État et de la société ». Un défi plus que jamais actuel au vu des problématiques auxquelles nos sociétés mondialisées sont confrontées (intégrisme, communautarisme, vagues d’immigration, discriminations, etc…). Porter à l’écran la diversité pourrait grandement contribuer à la compréhension mutuelle des populations et permettre de désamorcer les tensions.

SYNOPSIS

Genève. La famille Mayele jongle entre valeurs occidentales et africaines. Au cœur de ce dilemme quotidien, Annie, une adolescente maligne et révoltée, son père, Kito, fonctionnaire international, nostalgique de l’éducation, voire de la vie, « à l’africaine » et Géraldine, la jeune et nouvelle épouse de ce dernier qui semble bien cacher son jeu. Le jour où Annie rentre de l’école, surexcitée à l’idée de se rendre avec ses amies au prochain concert de Justin Bieber, elle ne se doute pas qu’elle est sur le point d’ébranler un équilibre familial de façade. Lorsque son père trouve une mini-jupe dans son sac à dos, l’histoire s’emballe. Autour d’eux, famille et amis influencent le trio, entre idées très arrêtées, décisions hâtives et projets insensés… Comment donc se terminera cette affaire de mini-jupe et, quels gros problèmes, se cachent derrière ce petit bout d’étoffe ?

LE CASTING

Tous les acteurs sont amateurs, bénévoles, issus de la diversité (Afrique principalement, Maghreb, Europe de l’Est et méridionale, Amérique latine, Asie) et recrutés par casting pour constituer la troupe SwissAfroWood. Un projet ambitieux, initié par le réalisateur camerounais d’origine et genevois d’adoption Paulin Tadadjeu Dadjeu.

UN CONCEPT D’ICI ET D’AILLEURS, MÊLANT PASSION DU CINÉMA ET DIVERSITÉ CULTURELLE

Tout commence au cours de l’été 2014, lorsque Paulin Tadadjeu Dadjeu, réalisateur, scénariste et comédien, décide de monter une troupe d’acteurs issus de la diversité : Afrique, Maghreb, Europe de l’Est et méridionale, Amérique latine, Asie… Les rues de la Genève internationale et multiculturelle lui soufflent l’idée. Il forme au cours d’ateliers gratuits plus de 40 volontaires au métier d’acteur, plusieurs mois durant.

Après un premier projet en tant que co-réalisateur qui n’aboutit pas, il rassemble à nouveau la troupe et crée le concept SwissAfroWood.

L’objectif : réunir pour des projets cinématographiques des comédiens amateurs provenant de tous horizons, animés par l’envie commune de raconter leurs origines, partager leur parcours, en Suisse sous l’angle de la fiction.

Le défi : porter à l’écran une chronique de la vie quotidienne à travers le prisme de la diversité et des interactions entre les populations. C’est ainsi que germe le scénario de la série « Une affaire de mini-jupe ». Prise au jeu, puis passionnée et résolue à relever un défi fou, la troupe rejointe par une petite équipe technique, tourne les deux premiers épisodes.

Ils feront l’objet d’une projection-test en mai 2015. Malgré le peu de moyens, l’engouement du public pour la série sera un véritable moteur.

POURQUOI SOUTENIR UN TEL PROJET?

Il s’agit d’un projet novateur, original et inédit. Une série au service du vivre ensemble qui impactera sans aucun doute l’imaginaire du grand public en Suisse, comme à l’étranger.

État d’avancement du projet : 85% !

La dernière ligne droite ne pouvant être assurée que par des professionnels, un soutien financier est nécessaire pour finaliser ce projet. Formidable vecteur de diffusion de messages d’intégration et de promotion de l’image d’une Suisse multiculturelle, ouverte et tolérante, cette série contribuera à favoriser la compréhension mutuelle et à donner une visibilité dans les médias à une partie de la population du pays, qui n’en a à ce jour pas vraiment. La série constituera un excellent outil pédagogique pour mieux cerner les interactions réelles entre les populations et comprendre les enjeux de la vie quotidienne des personnes d’origines étrangères vivant en Suisse.

Nous avons besoin de vous !

C’est avec des moyens limités qu’une équipe ambitieuse est parvenue en plus de deux ans à réaliser une série, la toute première série africaine de suisse.

Afin d’achever ce beau projet, des contributeurs sensibles à la question de la diversité culturelle, partageant les valeurs d’intégration, de respect et de tolérance chères à la Suisse sont recherchés.

Suite à la promesse de diffusion des 12 premiers épisodes par la RTS pour le compte de TV5MONDE, et afin de pouvoir livrer un produit aux hauts standards qualitatifs en vue d’une diffusion internationale, vos contributions serviront à finaliser la postproduction et entamer la dernière étape, à savoir la promotion.

Le réalisateur

Paulin Tadadjeu Dadjeu (Réalisateur, scénariste et créateur de l’idée originale) Né le 24 avril 1982 au Cameroun, il réside à Genève depuis 2006. Titulaire d’un Bachelor en Réalisation cinématographique (HEAD-Genève), d’un Master en Media design (HEAD-Genève), il est Doctorant en histoire et esthétique du cinéma (UNIL-Lausanne). Sa carrière cinématographique est née d’une passion toute simple : filmer la réalité qui l’entoure. Il se lance alors dans la réalisation de films de commande, avant que sa formation n’exige diverses productions cinématographiques. Son premier long métrage de fiction « Un Africain en hiver » (2011), relatant le parcours d’un étudiant camerounais se démenant entre la réussite de ses études et les tourments administratifs liés à son statut précaire en Suisse, remporte un vif succès populaire ainsi que l’adhésion des milieux professionnels. Le film figure en 2011 parmi la sélection officielle du FESPACO (Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou), au Burkina-Faso, l’un des plus grands événements cinématographiques du continent africain. En 2011 et 2012, TV5 MONDE diffusera « Un Africain en hiver » plus de 10 fois sur ses différentes chaînes régionales, ce qui lui vaudra une visibilité internationale.