Le projet

Depuis longtemps, nous avons cherché à amener un univers visuel à nos albums. C’est pourquoi aujourd’hui nous faisons appel à votre soutien pour financer notre prochain clip.

«À l’Usure» est l’un des titres phares de l’album «Système Sonore 1/3». Il parle sans langue de bois du monde et des drames qui s’y enchaînent, tout en scandant le fait qu’il ne faut jamais baisser les bras et que, à l’usure, les choses finiront par changer.

L’idée est de créer un mouvement ininterrompu, cyclique, évoquant le monde qui gravite autour de nous. L’interprète, placé au centre de ce tourbillon, donne le point de vue de celui qui se bat pour faire entendre sa voix.

Quartier Bon Son

Quartier Bon Son est un groupe de Hip-Hop neuchâtelois actif depuis 2008 composé de deux MC, Sagres et Robin Hood, accompagnés par le beatmaker Saidesh, la chanteuse Armelle et le batteur Magoo.

Après quatre disques, plus de 80 concerts en Suisse et à l’étranger ainsi qu’une année d’écriture fructueuse, Quartier Bon Son entre dans une ère nouvelle avec la sortie de «Système Sonore». Le premier volet de ce triptyque a vu le jour le 16 octobre 2015.

  • Robin Hood (par Saidesh):

MC, il est un maillon clé dans la création et le développement du groupe ainsi que de notre studio d’enregistrement «Soon Come». Comme son nom le suggère, il ancre son rap dans de fortes valeurs sociales. Son couplet dans «A l’usure» en témoigne. Outre la musique, il exerce le Jiu-jitsu brésilien, art martial qui nécessite mental, endurance et technique. Outre les combats au sol, clés de bras et étranglements qu’il fait subir aux autres membres du groupe, cette pratique se reflète particulièrement sur scène où il se démarque par une énergie sans faille comme s’il livrait un combat du premier au dernier morceau.

  • Sagres (par Robin Hood):

Rappeur et membre du groupe Quartier Bon Son, comme ses compères, il a aussi été imprégné et baigné dans le mouvement Hip-Hop depuis son adolescence. Son dévolu pour l’art l’a poussé au graph, à faire du scratch et à prendre le micro. Après avoir gratté ses premières rimes, enregistré ses premières maquettes, Sagres choisit le rap comme valeur sûre. Le choix fut très logique, vu que ses influences musicales transitent d’Akhenaton à Buckshot. Assoiffé de scène et de partage, trésorier du groupe à ses heures perdues, voici un artiste qui n’hésite pas à mettre en avant ses sentiments qui parfois passent de l’amour à la guerre.

  • Saidesh (par Sagres):

Beatmaker, cousin du rappeur Sagres, c’est à son arrivée en 2008 que le groupe Quartier Bon Son s’est créé. En dehors des compositions musicales, cet homme à tout faire s’occupe de tâches telles que la direction artistique des morceaux, le suivi du mixage / mastering des projets, la coordination de l’univers graphique ou encore la gestion du site internet. Sur scène, à l’aide de ses machines, il est le métronome du groupe qui joue les bandes audio et les réarrange en live. Enfin, c’est le type qui dit souvent : « Non les gars, ça tient pas du tout la route. Il faut encore taffer ! »

Les retrouvailles

Pour réaliser ce clip, nous reformons l’équipe des débuts avec le réalisateur Laurent Haemmerli et Mōtini Production. Après avoir tourné ensemble les clips «Espérance» en 2010 et «Children» en 2011, nous nous réunissons à nouveau pour ce projet inédit. Les années ayant passé, chacun a beaucoup progressé dans son domaine et les retrouvailles s’annoncent d’autant plus intéressantes.

L’équipe

  • Laurent Haemmerli, coréalisateur:

Grand passionné de cinéma depuis toujours, il s’est formé à l’institut des arts dramatiques en Belgique (IAD). Depuis, il travaille sur plusieurs scénarios dont celui de son premier film prévu pour 2017. Lors de ses études, il a multiplié les projets. Il participe également régulièrement à des tournages en tant qu’assistant ou technicien.

  • Nicolas Wilhem, coréalisateur:

Après des études de cinéma au Canada, Nicolas Wilhem travaille sur ses premiers projets professionnels dès 2008 puis réalise son premier court-métrage «Permission» en 2011. Depuis il a fondé la société Mōtini Production avec son frère, Martin Wilhem. En 2015, il réalise les trois premiers épisodes de la web-série «Swiss Maker».

  • Mōtini Production:

Société de production audiovisuelle basée à Neuchâtel, son équipe est habituée à gérer et produire ce type de projet et sera donc la charpente de cet ensemble. http://www.motini.ch

  • Ludovic Matthey, Directeur de la photographie:

Il s’est formé au métier d’assistant caméra en travaillant sur de nombreux plateaux de tournage, autant en court-métrage qu’en publicité et long-métrage. Depuis quelques années, il multiplie les projets comme directeur de la photographie.

Le financement

La concrétisation de ce projet nécessite certaines dépenses dont nous ne pouvons pas nous passer. Bien que toute l’équipe (professionnelle) soit bénévole et que la postproduction soit offerte par Mōtini Production, un tournage impose des frais. C’est pour cette raison que nous faisons appel à votre soutien.