Picture 025d91b6 14de 4403 b7a7 3f9e487209ba

Une fresque multilingue – deux pays.

Le Cefise-Benaja de Ouagadougou est une école où personnes sourdes et personnes entendantes étudient ENSEMBLE. Un principe rare et fondamental.

Notre travail au sein de la Cie A.De.Litt (Genève) consiste à remettre la littérature au coeur de notre quotidien. Le L du mot Littérature va bien avec le L d’un autre mot: Lien. Nous travaillons à relier les textes de patrimoine aux gens et élaborons pour cela des projets qui prennent place dans l’espace public.

QUEL EST NOTRE PROJET ICI ?

Nous allons partir à la rencontre des enseignant.e.s et des étudiant.e.s du Cefise-Benaja pour concevoir avec eux une fresque de textes et de signes que nous viendrons inscrire à la main sur le mur d’enceinte de l’école. La volonté, au-delà de l’aventure collective, est de montrer à l’extérieur la richesse intérieure du lieu.

Nous travaillons toujours à la main. C’est important…

Ce projet se déroulera en deux temps :

«Un premier voyage en septembre 2017 où nous allons mener une série d’ateliers, au sein même de l’école avec une vingtaine d’élèves. Dans ces moments, il s’agira d’échanger sur les textes littéraires choisis, de dessiner des lettres, d’écrire sur les textes, au milieu, de côté ; de les annoter, de les commenter, de les enrichir.»

Nous allons également partager avec eux des contes des traditions orales et travailler avec les langues locales : le mooré, le bissa, le dioula, la langue des signes, et le français. Ce sont les langues les plus rencontrées à Ouagadougou.

Une collaboration est également prévue avec des peintres en lettres locaux pour inventer, ensemble, le graphisme et le travail typographique.

«Lors d’un deuxième voyage, au printemps 2018, c’est avec eux que nous lancerons la réalisation de la fresque sur l’un des murs extérieurs, d’une longueur de 750 mètres, de l’école Cefise-Benaja. Afin que les enfants puissent participer, nous travaillons à une fresque intégrant les empreintes des signes de leurs mains, lorsqu’ils s’expriment dans leur langue.»

Il ne s’agit pas de venir avec un projet imaginé par nous et de le plaquer sur le lieu. Nous importe plus que tout la collaboration et l’échange de savoir-faire, d’expériences, de personnalités. C’est dans l’alliance de nos différences et de nos complémentarités que nous aimons travailler, c’est pourquoi ce projet nous tient à tant cœur.

Picture 54129166 2b4e 4aa8 8274 00c4dbe5c072Picture 87687f14 9708 4c9f a730 28b515aa52fePicture 39984d36 fe04 4860 90a0 5ecc0ea55863Picture 7f91d8b6 cf94 4eb9 bdf7 84c5245d5ed5Picture 440f304a c813 4076 bc12 473eaa4c0721Picture 8e9a1457 f900 430b a349 0c9f8c3778aaPicture a4a48001 8b5f 48d9 9627 32dd11dbbbd3Picture 8d573d7a 1aa0 450d be25 596a350179e7

Un projet artistique, collectif, écrit à la main.

Pourquoi travailler avec le patrimoine littéraire ?

Parce qu’il est un bien universel fabuleux et trop souvent oublié. Parce qu’il est une richesse qui ne demande qu’à être lue, partagée, discutée de nouveau. Parce que la littérature est un lien. Parce que l’oralité est une langue et le récit une littérature. Parce que la poésie nous bouscule, interroge et unit.

Pourquoi l’espace public ?

Parce qu’il est le lieu d’échanges et de rencontres par excellence. Parce qu’il est une page blanche, au milieu des gens.

Picture 8b45112a bde1 45d3 b60a 515ff51d6962Picture 3b217126 b47d 4913 9011 6171f055da69Picture c47715ea c30f 4f62 a852 b97355e51d15Picture 08a6e921 9e6e 426f 91bd eb6ad3a0e992Picture 85f899b9 d1fe 43b7 a8a0 233cf1fe1898Picture b8a8ecdf cd77 4064 b79c c9434bedcf09Picture a8c08da0 b9e0 4d4f a1c3 8f03a4c6d9e1Picture c2079458 5e2d 45f9 af14 f9c02de18a03Picture a0aa0903 f4ce 4cc3 9af4 87f04c0d814e

A quoi votre soutien va servir

Lorsque ce projet est né, il est rapidement devenu pour nous une évidence. Il est entièrement BENEVOLE. Mais pour pouvoir le réaliser nous avons besoin de quelques fonds afin de: financer les voyages (vols, visas, vaccins…) nous permettant de travailler sur place avec les enseignant.e.s, les étudiant.e.s du Cefise-Benaja et les peintres en lettres de Ouagadougou; acheter du matériel de peinture et de supports de recherches (tissus, papiers); et assurer le suivi et la communication du projet.

L’entièreté des fonds sera attribué à l’assocation Fatrasproduction / Adelitt, porteuse de ce projet. Notre travail est bénévole et nous nous engageons à reverser l’argent non utilisé pour le projet sous forme de don au Cefise-Benaja.

Le matériel restant, sera quant à lui confié aux peintres en lettres.

En cas de dépassement de la somme collectée, l’argent sera aloué à l’étape 2 du projet: le rdv du printemps 2018 où nous finaliserons la fresque avec les enfants et les peintres en lettres sur place :-))))

Picture d7e1182f 054d 4cdd 9ae1 376f311618bePicture f176652c 403a 4d69 81cf 4b7ad68b077b