Ma mission

Pendant que je faisais mes recherches pour mon mémoire au Kirghizstan, je suis devenue amie avec une famille nomade. J’ai passé deux semaines avec eux dans une yourte sur un haut plateau de 3000m au bord du lac Son-Köl au cœur des montagnes du Tien Shan. Leur façon simple mais habile de vivre dans les conditions rudes des steppes kirghizes m’a profondément fascinée. Ceci m’a motivée dʼen savoir plus sur leur mode de vie paritculier et peu connu.

Isolé et au seuil de l’Islam et du shamanisme, les nomades kirghizes ont de la peine à trouver leur place parmi la population progressivement occidentalisée du pays. Alors que la vie en ville devient de plus en plus moderne, les nomades sont considérés comme les gardiens et conservateurs des anciennes coutumes kirghizes. Une grande partie de la culture du Kirghizstan dépend d’eux et de leurs traditions transmises entre générations. Néanmoins, les nomades, comme les autres habitants du pays, commencent à s’adapter à la modernité. Durant l’hiver on ne les distingue plus des autres habitants. Ils mènent une vie similaire aux autres Kirghizes. Cʼest seulement durant les mois d’été quʼils dévoilent leur véritable identité. Cʼest lors de cette période quʼils quittent leurs maisons dans la vallée pour se retirer avec leurs yourtes dans les montagnes.

Ce film documentaire a comme objectif de faire un portrait intime d’une famille nomade. Il se focalisera sur la manière dont ces populations maintiennent l’équilibre entre leur culture ancienne et la modernité. J’accompagnerai les autochtones durant toute une saison d’été avec une caméra – dès le début de leur pèlerinage vers le haut plateau en mai, jusqu’au mois dʼoctobre lorsquʼils démontent leurs yourtes afin de redescendre dans la vallée.

Ta mission

La production du film ne nécessite pas des montants énormes. En revanche, cʼest tout ce qui concerne la logistique qui est onéreux mais primordiale pour réaliser à bien ce projet. Fraichement diplomée de l’université, mes économies ne suffisent pas pour couvrir tous les fais en perspective.

Mais à travers de ton support financier je serai capable d’acquérir du bon matériel pour filmer, de payer pour ma nourriture et mon logement pendant 4 mois, et de participer aux dépenses de transport depuis la Suisse jusqu’au Kirghizstan. Tu ne contribueras pas seulement au savoir culturel et aux sciences ethnologiques, mais tu m’aideras également à concrétiser mon rêve de devenir réalisatrice professionnelle de film documentaire.