«Cello Abbey», enregistrement de musique britannique et irlandaise pour violoncelle et orchestre

Comment est né le projet :

Née en Suisse, j’ai vécu en France jusqu’à l’âge de 15 ans, puis j’ai déménagé en Allemagne, et je me suis rendue compte que chaque endroit dans lequel je vivais m’inspirait très profondément. J’ai effectué la dernière ligne droite de mes études à la Royal Academy of Music de Londres pendant deux ans et c’est à ce moment que je suis tombée amoureuse de trois compositeurs du 20 siècle dont la musique a la capacité d’ouvrir une fenêtre sur un monde parallèle de couleurs et de sensations uniques. J’ai depuis rêvé de rassembler dans un même projet leurs œuvres pour violoncelle et orchestre, afin de partager avec mon public la magie qu’elles ont en commun, et me voilà à deux mois d’enregistrer un CD avec ces oeuvres !

De quelles œuvres parlons nous?

La première œuvre que j’aimerais enregistrer est le fameux concerto pour violoncelle et orchestre composé par Sir Edward Elgar en 1919. Cette pièce invite chaque violoncelliste et chaque orchestre à décrypter sa mystérieuse mélancolie et à transmettre tantôt l’héroïsme, tantôt la détresse qu’elle provoque, d’une manière personnelle. J’ai toujours eu la sensation que cette musique cachait un mystère et que chaque violoncelliste devait chercher à le découvrir selon sa sensibilité, et voilà qu’il y a quelques jours, un texte est venu confirmer mon intuition : Edward Elgar aurait confié que le rôle de son concerto pour violoncelle était d’explorer l’image d’un homme qui contemple le sens de la vie…

La seconde pièce du Cd sera le concerto pour violoncelle et orchestre de Sir William Walton (1056). J’ai succombé au charme irrésistible de cette musique grâce à mes projets de musique de chambre à la Royal Academy of Music. La musique de Walton reste peu connue en dehors de l’Angleterre et mon expatriation de 2 ans a pris tout son sens quand je l’ai découverte. Véritable génie, Walton a composé une musique hypnotique qui vous transporte dans un monde imaginaire en demi-teintes que vous ne voudrez plus quitter.

Puis, cela nous mène à la partie la plus palpitante de mon projet : Ina Boyle. Compositrice irlandaise, Ina Boyle a vécu pendant la première moitié du 20 siècle. Malheureusement, ses compositions sont restées dans l’ombre et n’ont pas encore été éditées. Ina Boyle a vécu toute sa vie dans la maison de ses parents dans la campagne de Dublin, et bien qu’elle ait fait plusieurs voyages à Londres pour prendre des cours avec Ralf Vaughan Williams (un des compositeurs les plus respectés du pays), elle n’y a probablement pas séjourné assez longtemps pour s’y faire un nom. C’est impressionnant de lire que bien qu’elle ait envoyé ses œuvres à tant d’artistes sans la satisfaction de les voir jouées, et qu’elle ait même été jusqu’à planter des petits pois dans son jardin pour obtenir une rente, elle n’ait jamais cessé de composer. J’ai déjà eu la chance de créer certaines œuvres contemporaines, mais c’est une toute autre sensation que de jouer pour la première fois une œuvre écrite il y a plus de 100 ans – la sensation de délivrer un message qui n’en peux plus d’attendre.

Qui d’autre participera à ce projet?

D’excellents artistes ont accepté de se joindre à moi pour cette nouvelle aventure : La Staatskapelle de Weimar, un orchestre avec lequel j’ai donné un concert en soliste il y a quelques années et dont le son magnifique et la flexibilité experte m’avaient beaucoup impressionée. Et le chef d’orchestre Paul Meyer, que vous connaissez sûrement de ses nombreux enregistrement et qui nous fait l’honneur de diriger le projet!

Pourquoi ai-je besoin de votre soutien?

Si mon projet vous intéresse et que vous voulez participer à sa réalisation, j’ai différentes manières de vous remercier, vous les découvrirez dans le menu à droite de la vidéo. Je vous remercie vivement pour votre attention et me réjouis de chaque participation!