«Dancing Encounters»: un jeu de réalité virtuelle dernier cri, mêlant la danse au site de rencontre. Un rendez-vous dans des décors futuristes. Des personnages complexes et une réalité imprévisible.

CHF 6’095

110% de CHF 5’500

"110 %"
Comment ça fonctionneä

Le principe du «tout ou rien» s’applique: l’argent ne sera reversé au projet qu’à condition d’avoir atteint ou dépassé l’objectif de financement.

32 contributeur*rices

Clôturé avec succès le 18.5.2017

Science Fiction... ou presque !

Je m’appelle Alexandre Frager et je suis en dernière année à l’écal, en département cinéma.

Pour mon film de diplôme, j’ai décidé de réaliser un court-métrage (20 minutes) de fiction qui mêle la comédie romantique au film d’anticipation, abordant ainsi la question du rapport entre l’humain et la technologie dans un futur plutôt… très proche !

Synopsis

Les temps où l’on arpentait les rues dans l’espoir de tomber sur son âme soeur sont révolus.
Il est maintenant possible de le faire plus facilement grâce à «Dancing Encounters», un jeu vidéo de danse en réalité virtuelle combiné à une application de rencontre.

À quoi pourrait ressembler une «Blind Date» programmée par cette technologie sortie droit du futur?

Jérémie et Marion, deux jeunes adultes geeks et solitaires, vont le découvrir en l’espace d’un soir.

Devant quitter leur chambre pour se confronter au monde extérieur, ils feront face à une réalité complexe, imprévisible et sûrement pas programmable.

L’origine du projet

  • Humain vs Technologie

La plupart des films de science-fiction que je regardais quand j’étais tout petit se déroulent à notre époque actuelle.
Beaucoup parlent, soit de l’extinction de l’humanité par des robots créés par l’homme, soit de l’homme qui se sert de la technologie pour détruire tout sur son passage.

Ces films d’anticipation proposent donc deux visions très pessimistes sur notre avenir : une humanité innocente et impuissante et une autre, tyrannique et destructrice.

Les choses sont vues en noir ou en blanc et manquent souvent de nuances.

Dans ce film, j’ai envie de traiter la technologie comme un outil tout en responsabilisant l’humain face à son invention. Ainsi, Jérémie et Marion, les deux protagonistes, devront apprendre à utiliser cet outil technologique, se conformer à ses codes mais aussi apprendre à s’en détacher.

  • Des décors futuristes dans Lausanne

Dancing Encounters raconte l’histoire de deux personnes qui devront se détacher de la technologie afin de mieux faire connaissance. C’est ainsi que Jérémie et Marion devront mettre de côté leur casque de réalité virtuelle et toute autre panoplie technique, pour se présenter dans leur forme naturelle.

Il ne s’agit évidemment pas de dénigrer la technologie, elle est d’ailleurs nécessaire à leur rencontre. J’aimerais donc garder sa trace par un choix de décors futuristes dans lesquels évolueront les personnages jusqu’à la fin du film.

Entre le D!Club, les Docks, le quartier du Flon ou la passerelle de la Sallaz, l’architecture moderne – droite et sombre ponctuée par des lumières de néons qui brillent comme les étoiles dans un ciel noir – donnera des allures romantico-technologiques à la rencontre de Jérémie et Marion.

Photos de repérages

L’Équipe Technique

  • Assistante réalisation : Anaëlle Morf
  • 2ème Assistante réalisation : Marine Dumas
  • Image : Lucile Mercier
  • Assistante Image : Cécilia Barroero
  • 2ème Assistant Image : Josua Hotz
  • Chef Électricien : Miles Andre Wymann
  • Assistants Électricien : Julia Sangnakkara, Pauline Deutsch
  • FX : Oskar Rosetti
  • Ingénieur du Son : Maxime Descloux
  • Scripte : Léa Mothet
  • Décorateurs/Accessoiristes : Rafael Lopez, Maxine Reys
  • Maquilleuse : Tiffany Noiset
  • Cheffe Régisseuse : Audrey Bersier
  • Régisseur Plateau : Patrick Luis

Les Comédiens

Pourquoi j’ai besoin de votre aide ?

Le projet bénéficie de la généreuse contribution d’Olivier Meylan, directeur de Miss Camping, et de Thierry Wegmüller, directeur du D!Club, qui nous mettent gratuitement à disposition des casques audio de silent disco, ainsi que les locaux du D!Club pour le tournage.

Malheureusement, le film n’a obtenu aucune production extérieure de l’écal. Le projet est donc peu financé et repose sur le généreux engagement de professionnels du cinéma.

Pour le moment, le budget permet de deffrayer les transports de l’équipe, de payer les repas durant le tournage ainsi que de distribuer des petits salaires à chacun. Mais nous ne sommes pas encore en mesure de pouvoir louer une caméra professionnelle durant les six jours de tournage, ainsi que tout l’équipement qui va avec. Étant donné que le film est tourné de nuit, nous aurons besoin d’une caméra très performante et donc chère.
C’est pour cela que je fais appel à vous, dans le but de mener à bien le projet et de faire honneur aux jeunes professionnels qui se sont engagés sur ce film.