Spectacle de danse contemporaine avec musique live et installation vidéo. Les représentations auront lieu les 7, 8 et 9 Février 2014 à H95 Raum für Kultur, à Bâle.

Thème

«Résistance: mot inventé pour éviter aux hommes de vivre à genoux» Jean-Michel Ribes

Pour cette pièce, j’ai puisé mon inspiration dans le thème de la résistance et en particulier ce qui arrive au corps dans cet état.

Ce qui me fascine dans ce thème, c’est la capacité qu’a chaque être de faire face à des situations extrêmes et de tenir bon, sans faiblir, en repoussant ses limites au-delà du pensable. Dans cet état, on se voit capable d’exploits physiques inimaginables qui peuvent même parfois paraître surhumains.

Mais la résistance c’est aussi la possibilité qu’a chacun de ne pas se soumettre, de ne pas accepter une idée imposée, de ne pas se plier à un ordre établi. C’est l’opposition, seul ou en groupe. Et lorsqu’un groupe s’unit contre quelque chose, la force qui s’en dégage est tellement puissante qu’elle en devient écrasante.

Il y en a pour qui cette lutte devient le moteur qui les fait fonctionner, leur raison de vivre. On peut vite se perdre dans un acharnement obsessionnel, sans plus savoir contre quoi on s’oppose mais continuer malgré tout, s’arrêter voudrait simplement dire la fin.

Ce sont ces différents aspects que j’ai voulu explorer dans cette pièce, à travers la danse contemporaine, la musique et la vidéo.     

A propos de la pièce

En ce qui concerne le mouvement, je cherche à être la plus conséquente possible et éviter les mouvements superflus ou décoratifs. Ceci me fait tendre vers un certain minimalisme et un esthétisme épuré.

Dans le travail avec les danseurs, j’essaie de trouver des mouvements qui sollicitent réellement leur résistance physique, tout en respectant leur façon personnelle de s’exprimer. Je cherche avant tout une certaine authenticité.

L a musique est inspirée de la chanson « Rid of me » de Pj Harvey. Sandro Corbat joue avec des riffs de guitare répétitifs et minimalistes, en passant par différentes nuances d’intensité.

Enrique Fontanilles propose une installation vidéo qui constitue le seul décor de la pièce.           

Dans KEEP BITING, les danseurs ne sont pas sur une scène, ni les spectateurs assis en face: tous se partagent l’espace. Je veux ainsi donner la possibilité aux spectateurs de se déplacer librement pendant le spectacle et de regarder la pièce suivant l’angle de vue qu’ils choisissent, de pouvoir s’approcher des performers ou de l’installation vidéo autant qu’ils le souhaitent.

L’équipe

Je suis l’initiatrice du projet : j’ai écrit le concept, je me charge de la mise en scène et de la chorégraphie, et je m’occupe de l’organisation. Mais je ne suis pas seule, j’ai la chance d’être entourée d’une équipe formidable sans qui ce projet ne serait pas possible. Des artistes d’une qualité et d’un engagement comme on en voit peu: le musicien Sandro Corbat, le vidéaste Enrique Fontanilles et les danseurs-performers: Jonas Althaus, Deborah Hofstetter, Margarita Kennedy, Werner Nigg et Clea Onori.

Pourquoi devriez-vous soutenir ce projet?

J’essaie de réduire les coûts de la création au maximum, mais j’ai besoin d’un minimum de moyens pour payer les dépenses indispensables: la location de l’espace de répétition, le matériel pour la vidéo et pour les éclairages, les costumes, les flyers et la publicité. Sans compter que les artistes méritent un salaire minimum pour leur travail.

Avec votre soutien, nous pourrons réaliser le projet de façon optimale et créer un spectacle de qualité qui aura certainement la chance d’être rejoué dans d’autres endroits.

Ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières. Chaque contribution est une aide précieuse! Alors, s’il vous plait, soutenez KEEP BITING !

Photos: Urs Röthlisberger