La forêt amazonienne et ses habitants ne doivent pas disparaître. Aidez à le protéger !

Le Brésil abrite quelque 900 000 autochtones, dont la plupart vivent en Amazonie. De nombreux peuples autochtones de l’Amazonie vivent en harmonie avec la nature depuis des milliers d’années et cultivent encore aujourd’hui leurs traditions, leurs langues et leurs coutumes.

La forêt tropicale leur donne tout ce dont ils ont besoin pour vivre. Mais la déforestation extrême de la forêt tropicale continue à harceler les populations indigènes. Ils veulent se défendre contre elle - avec un moyen efficace : ce qu’on appelle l’auto-démarcation.

Picture 69539a51 f375 48c6 8823 ab745adf0423Picture 688a3915 2eae 451b b911 d4e9f34fccccPicture fb361171 2e71 4a96 9b95 35468e1173cePicture 40682494 203d 4238 a2d3 abfe6f9e8c0aPicture 3ab4d338 0a7b 4c25 8b1b 4d8540a03309Picture 8d396149 7321 4ff0 9ea3 e244a16902fc

Menacés de toutes parts : La protection de l'environnement et les droits autochtones avant la fin

Les plantations de soja, de maïs et d’huile de palme, l’exploitation minière et forestière creusent d’énormes trous dans la forêt tropicale. Des sécheresses et des incendies dévastateurs se produisent déjà dans la région amazonienne, et les espèces meurent en masse - environ trois terrains de football de forêt tropicale sont perdus chaque minute.

Si la déforestation se poursuit à ce rythme, la moitié de la forêt tropicale sera détruite d’ici 2030 - et les populations autochtones seront les premières à en subir les conséquences.

Les zones indigènes jouent un rôle extrêmement important dans la préservation de la forêt tropicale. Aujourd’hui, une grande partie de la forêt tropicale intacte se trouve dans des territoires indigènes ou des réserves naturelles.

Le président brésilien d’extrême-droite, Jair Bolsonaro, entend exploiter l’Amazonie jusqu’au bout, en autorisant à grande échelle l’exploitation des mines, du bois ainsi que l’agriculture dans les réserves naturelles et zones d’habitat des peuples autochtones. Il ne tolère aucune protestation de la part des militant-e-s et des autochtones, et est même prêt à utiliser les armes contre eux.

C’est pourquoi des peuples indigènes comme les Tupinambás eux-mêmes prennent l’initiative de protéger la forêt contre d’autres envahisseurs : Avec l’aide de l’autodétermination, ils marquent leurs terres et entament ainsi le processus légal pour exiger des autorités les titres fonciers auxquels ils ont droit.

Picture 0f231958 e7ce 4084 9470 5fe89735de23Picture 27d1622f 4d54 4eb1 a33e 0a7dae804989Picture 555bb4e7 90d7 4770 9f80 f0fc0f0845d6Picture 3a8a53d9 078c 475b ac1a 705ec8b30bc7Picture 5581f46f 954a 4257 8ccd 18baa1e9f30e

Ne touchez pas à l'Amazonie : Armé de pinceau, de peinture et de GPS

La communauté indigène Tupinambás vit dans la région de Baixa Tapajos au Pará, Brésil. La région amazonienne est leur foyer. La forêt tropicale et les rivières donnent aux Tupinambás tout ce dont ils ont besoin pour vivre. Ils pêchent, chassent, récoltent des fruits et cultivent des aliments de base comme le maïs, les bananes ou les patates douces.

Mais les grandes entreprises de soja et de bois d’œuvre exercent de plus en plus de pression sur elles pour qu’elles se rendent sur leurs terres. Ils ont déjà été en mesure de vendre deux sociétés forestières, mais les sociétés suivantes planifient déjà des projets économiques sur leurs terres. Si ces projets sont mis en œuvre, il y aura destruction - c’est garanti ! Il est donc urgent que leurs terres soient officiellement reconnues.

+++

Les Tupinambas marquent ainsi leur territoire :

25 membres de la tribu partent pour deux semaines environ dans les profondeurs de la forêt vierge. Equipés de pancartes à placer sur tous leurs lieux de chasse, de cueillette, de culture et de culte, ils marquent les arbres avec de la peinture. Ils entrent ensuite les coordonnées GPS des lieux dans une appli de cartographie afin de recenser l’étendue de leur territoire. Jusqu’à présent, les Tupinambás ont pu marquer près de la moitié de leur territoire. L’année prochaine, la démarcation doit être complétée afin qu’ils puissent enfin commencer le processus de reconnaissance. Cependant, ils n’ont pas les moyens financiers nécessaires pour poursuivre les travaux de démarcation et pour pouvoir marquer régulièrement leur territoire.

Les Tupinambás et d’autres peuples autochtones sont les derniers gardiens de la forêt tropicale.

Soutenez les Tupinambás pour qu’ils puissent continuer à vivre en harmonie avec la nature et protéger la forêt tropicale à l’avenir. Merci beaucoup pour votre contribution à la préservation de leur habitat en Amazonie !

Picture 9b92cd09 d3ba 4422 9e41 56e50f0441b8Picture f7eed3fb 47cf 40ad 9a44 eb812b65a4d2Picture 26df06b6 46b6 4ac7 a326 444663e65486Picture 51fa6c06 fd47 45e2 bea4 f6dc5e1fd0b1Picture b6ee7d5b 2e40 4edf 9005 fe5dc0b94650