Le LUFF: une institution pleine de fric?

Si le LUFF est bien «le principal événement cinématographique de Lausanne» (selon la Cinémathèque suisse), «le festival le plus original de Suisse romande» (selon des journalistes de L’Hebdo et du 24 Heures), «un festival qui n’a pas son semblable en Europe» (selon le rédacteur en chef du magazine Tracks d’Arte), ou encore «le meilleur putain de festival du monde» (selon Lydia Lunch), il nʼen demeure pas moins complexe, de par son programme hors-normes voire subversif, de réunir les fonds nécessaires à son organisation.

En 2011, lʼédition anniversaire sʼest clôturée sur un déficit qui pèse encore significativement sur les finances de la présente édition et par extension sur les suivantes.

Extraits de LUFF.tv 2011

Underground?

Le LUFF bénéficie de précieux soutiens de lʼOFC, du Canton de Vaud, de la Ville de Lausanne, la Loterie Romande ou du Pour-cent culturel Migros, ainsi que celui de partenaires privés, ce qui nʼen fait pas exactement, à lʼinverse des oeuvres et artistes quʼil présente, un événement «underground».

Sʼil se différencie ainsi, dans la nature de son financement, de lʼun des fils rouges de sa programmation, cʼest que lʼoriginalité et la rareté des oeuvres quʼil présente (créations inédites, dates uniques, copies introuvables) nécessitent une logistique, une infrastructure et un travail de recherche conséquents, occasionnant des coûts aussi extraordinaires que lʼest son programme, coûts que les recettes propres de lʼévénement ne couvrent largement pas. 

Le LUFF vous vole déjà?

Lʼaccès au LUFF nʼest malheureusement pas gratuit. Malgré le déficit subi en 2011, soucieux de rendre son programme accessible à un public aussi large que possible, et alors que les films, performances et concerts proposés nʼont, en raison de leur contenu et mise en forme atypique, que peu de visibilité dans les circuits commerciaux conventionnels: nous baissons nos tarifs.

Nous déchargeons ainsi les spectateurs de lʼacquittement obligatoire de ce déficit, tout en encourageant par la même occasion chacun, de manière spontanée, à manifester son soutien au festival afin dʼencourager, tout comme le LUFF sʼen fait le pourfendeur, les artistes qui, aussi géniaux quʼinnovants, explorent les limites de notre perception.

Chaque contribution participera au financement de lʼédition 2012 selon la répartition suivante, représentative du partage des charges de lʼévénement:

6% du total reviendra aux collaborateurs de wemakeit.ch pour soutenir leur travail.

LUFF 11e Edition / 17-21 octobre 2012

5 jours / 4 compétitions internationales longs et courts métrages / 6 rétrospectives cinéma / 4 soirées musique / 71 films en 77 séances / 23 concerts&performances / 5 workshops / 1 one-man show de John Waters / 3 expositions / 1 radio (LUFF.fm) / 8 lieux / 140 bénévoles

En haut de lʼaffiche, la venue exceptionnelle de John Waters «on screen» et «on stage», le retour cinglant de Kim Gordon (ex Sonic Youth), un hommage au cinéaste Christoph Schlingensief, l’artiste sonore Yan Jun ou encore une création inédite du festival par le groupe de grindcore Brutal Truth. 

Programmation complète 2012

  • CINEMA: John Waters: A divine Encounter (Retrospective + One-Man Show «This Filthy World») / Christoph Schlingensief: désastres en chaîne / Richard Stanley: OcCult Movies / Anarchy in Marxlands: Censorship in Soviet Satellites / Edwin Brienen: Agent Provocateur / Jérôme Noetinger: Carte Blanche / Music In Films / International Feature & Short Films Competition 
  • MUSIC: Kim Gordon & Bill Nace (Body/Head) / Brutal Truth plays Robert Piotrowicz / Maja Ratkje & Ikue Mori / Yan Jun / Arcangel Constantini / Zeni Geva / Mattin / Michael Esposito / Victor Marzouk & Hélène Barrier & Deborah Degouts / Thomas Ankersmit / Kevin drumm / Cellule d’Intervention Metamkine / Radian / Gilles Aubry / Greg Pope «Light Trap» / Blectum from Blechdom / rm / FAT32 / Oi Polloi / Pain Jerk / dJ Rock Contre la Société 
  • WORKSHOPS: «EVP» with Michael Esposito / «découpage» with Kosuke Kawamura / «Mastication sonore» with Yan Jun / «dé-tournage» with Christophe Auger, Xavier Quérel & Greg Pope / «Gender does LUFF» with Victor Marzouk 
  • LʼOFF: LUFF.fm / Exhibitions / Installations / Performances / ...