POV paper prend son envol et passe du format journal trimestriel au magazine d'art annuel. Désormais indépendant de La Fête du Slip, POV paper a besoin de votre soutien pour continuer à exister!

CHF 13’774

105% de CHF 13’000

"105 %"
Comment ça fonctionneä

Le principe du «tout ou rien» s’applique: l’argent ne sera reversé au projet qu’à condition d’avoir atteint ou dépassé l’objectif de financement.

114 contributeur*rices

Clôturé avec succès le 27.4.2019

L’équipe de POV paper a besoin de vous !

POV paper, c’est une édition indépendante suisse qui s’engage pour une nouvelle approche esthétique du corps, du genre, des sexualités à travers la photographie, le graphisme et l’écriture. L’acronyme POV, qui désigne le point de vue subjectif, reflète l’esprit de notre démarche : croiser les regards et partir de la diversité des expériences est fondamental pour créer un espace qui explore les sexualités dans leurs dimensions personnelles, collectives et politiques.

Le projet est né en 2015 au sein de l’équipe du festival la Fête du Slip. On s’est vite rendu compte que le journal séduisait un lectorat dépassant le seul public du festival. La distribution a pu s’élargir de la Suisse à l’international via Antenne Books – jusqu’au Japon ! Mais ce qu’il faut savoir, c’est que malgré l’élargissement de son public, POV reste un objet qui n’est pas foncièrement commercial et qui n’arrive pas à vivre de ses ventes.

Aujourd’hui, le projet cherche à voler de ses propres ailes et à besoin de vous pour continuer à exister !

Jusqu’à présent, le budget de POV paper était dépendant des aléas du festival. Comme c’est difficile pour l’équipe, qui est bénévole, d’imprimer un journal trimestriellement dans ces conditions, nous changeons de formule ! Nous avons fondé une association indépendante, avec un nouveau comité éditorial et une structure professionnelle, dans le but de faire des demandes de fonds indépendantes. On quitte aussi le format du journal pour le transformer en magazine publié une fois par année. Cela reste un projet ambitieux d’environ deux-cent pages, mais dont le but sera de valoriser le travail des artistes, faciliter la lecture comme la distribution et d’approfondir les sujets.

Malheureusement, les réponses aux demandes de fonds sont toutes négatives, et POV paper à besoin de vous pour continuer à exister.

Le fétichisme, aimer autrement ?

Après l’éducation sexuelle, le travail du sexe, le consentement, la honte ou encore les émotions, le thème de ce nouvel objet sera le fétichisme. Publier à l’ère du numérique et en pleine crise de la presse, c’est quoi ? Peut-être un acte militant autant que fétichiste ?

Enfant pauvre du féminisme et de la révolution sexuelle, le fétichisme sera abordé dans ce numéro parfois comme un mécanisme d’assujettissement, réifiant des individus sans leur consentement. Mais aussi comme une réponse individuelle ou collective à un rapport au monde problématique, comme source d’émancipation, créateur de sens, d’alternative, et de jouissance.

Une équipe de jeunes photographes, composée de Charlotte Krieger, Jean-Vincent Simonet et Basile Mookherjee, a été créée. Ils ont été mis en contact avec les artistes, perfomeur.euse.s et militant.e.s de la scène féministe-queer-sex-positive pour produire le contenu visuel. La série centrale du numéro est une collaboration entre Jean-Vincent Simonet et la réalisatrice, co-fondatrice de Four Chambers, Vex Ashley. Un travail inédit accompagné d’une interview de l’autrice explicitant notamment sa relation fétichiste à l’image et aux symboliques qui l’habite.

Il y aura également le travail visuel de Karla Hiraldo Voleau, réalisé en République Dominicaine, qui explore la représentation du corps masculin comme objet de désir. Le duo de Los Angeles Sacred Sadism nous offrira quant à lui des images illustrant un texte novateur, co-écrit avec la chercheuse Ashley Chang, sur les pratiques bdsm et leurs représentations des rapports de pouvoir en lien avec l’écologie. Le texte de Dennis Vetter analysera comment les code de la subculture SM-fétiche sont exploités, commercialisés et normalisés par les médias. Mais également comment réfléchir le fétichisme permet d’ouvrir des chemins pour un devenir-nomade de l’identité.

Mais il y aura aussi une dizaine d’interviews de personnalités : Ziúr, Gaff-E, My Bad Sister, Lina Bembe, Dwam, Rooster, Parker Marx… ainsi que des témoignages sur le fétichisme dans la pratique intime, en pratique dans le travail du sexe et par la question fondamentale de comment «queeriser» la ville ?

Soutenez la publication locale!

Cela fait 6 mois que l’on toque à toutes les portes pour trouver des soutiens financiers et nous ne nous sommes confronté.e.s qu’à des refus. Cela reste apparemment compliqué pour des fondations et des bailleurs de fond publics de soutenir un projet qui parle sans tabous de sexualité.

Mais si l’équipe de POV travaille bénévolement et continuera à le faire, c’est qu’elle a la conviction qu’il est essentiel de multiplier les espaces d’expression culturelle de la diversité des sexualités, car le regard proposé par la mise en scène des corps est en enjeu politique et social essentiel.

VOTRE SOUTIEN PERMETTRA :

  • De couvrir les frais d’impression et de production de POV#9 : 200 pages, 185 x 260 mm, impression CNJM, 800 exemplaires !
  • De soutenir une publication locale, qui encourage les artistes suisses et internationaux à collaborer, et à faire rayonner la culture suisse à l’étranger en valorisant les échanges et les rencontres.
  • Valoriser les démarches sensibles et critiques des artistes, TDS, militant.e.s, écrivain.ne.s et performeur.euse.s avec qui nous avons eu la chance de travailler. (Nous les remercions chaleureusement !)
  • Produire un objet éditorial dont l’équipe de POV paper sera fière <3