Le premier restaurant gastronomique et solidaire de Genève

Un repas gastronomique est encore trop souvent une expérience réservée à une clientèle privilégiée, qui vient d’abord pour un chef et ensuite pour ses créations. Notre collectif, baptisé « Société anonyme cuisiniers », entend révolutionner ce monde feutré tout en renforçant le lien social. Nos membres laisseront parler leurs plats, porteurs d’un message simple : « la gastronomie, c’est, bien sûr, de l’imagination et de la technique, mais c’est avant tout synonyme de convivialité et de partage ». Ainsi, avec ses 12 places, notre établissement sera chaleureux et intimiste, propice à la conversation avec le chef, de passage, derrière son comptoir. Pour notre collectif, il apparaît naturel d’enchanter les gastronomes de tous les horizons, tout en redistribuant les ressources. À cette fin, nous ouvrirons le premier espace de ce genre, à tout un chacun, en travaillant notamment avec des structures sociales.

Le « cinquième jour », place aux associations

Ouvert quatre jours au public, le restaurant de la Société anonyme cuisiniers proposera une carte bistronomique, locale, saine et bio, dans une perspective de développement durable. Le cinquième jour, la même carte sera présentée à des personnes envoyées par des associations partenaires. Gratuitement ! Les cuisiniers anonymes de la Société auront ainsi à cœur de prouver qu’il n’est pas nécessaire de multiplier les produits chers ou exotiques, pour faire de la cuisine d’exception. Au contraire, ils s’appuieront la plupart sur des produits rares de la région, au goût extraordinaire, et sur les talents des petits producteurs locaux. De quoi mettre tout le monde d’accord !

Pourquoi ce concept de « cinquième jour » ? D’abord parce que la Société anonyme cuisiniers souhaite que tout le monde puisse savourer les merveilles offertes par le terroir genevois ; ensuite parce que, dans la cuisine d’aujourd’hui, il manque souvent un ingrédient essentiel : de l’humanité. Ce principe éthique régit le commerce équitable, mais pas encore la restauration gastronomique de Genève. En 2018, il est temps de proposer un autre modèle économique, basé sur la redistribution et l’inclusion !

Picture 75d3b4e3 de0f 4c99 81e3 c227b9aa6388Picture 561c3ae2 d441 4cd9 9106 9d49507d54abPicture c8614383 d9df 467d 94dd a0c678087cfbPicture 4f9decf8 648f 4e66 8d46 14c1d93f9598Picture c3b954e5 c17f 400b a330 2b1ed255e562

Avec votre soutien, assurons les premiers jours

Les fonds réunis par cette campagne de financement participatif seront utilisés pour couvrir les frais du restaurant et de son « cinquième jour », au moins les premiers mois. Concrètement, il s’agit d’acheter l’inventaire de préouverture, de constituer le capital d’exploitation et d’assurer la formation rémunérée du personnel. D’ordinaire, ouvrir un restaurant, c’est se confronter au risque : risque d’avoir un financement insuffisant, risque de retards avant l’ouverture, risques liés à la gestion des biens et de la main-d’œuvre… Le projet de la Société anonyme cuisiniers n’est toutefois pas ordinaire, il comporte un facteur de risque supplémentaire, avec son principe novateur de « cinquième jour ». Heureusement, le restaurant est en bonne voie pour voir le jour au printemps 2018. Les travaux sont en cours, les équipements ont été commandés, et, aussi important, les gérants se tiennent prêts, forts de leur talent et de leur expérience. Pour débuter cette aventure solidaire et savoureuse, nous avons besoin de vous !

Picture 16f9e095 08c2 4317 a00e b0ee295fd1f6Picture eccfc757 fec7 48be 8c75 102033fc223dPicture 96daeb8a 7763 4cdf 9018 4fcd335afc0dPicture 9c4e03c4 6614 415b 8a7e e18357c6c5a1Picture 113f0eba 1e1f 437c 9d23 f998ef336a97

Un collectif de cuisiniers pour un projet-manifeste

L’idée du « Cinquième jour » est portée par le chef Walter el Nagar, sa dernière création: Fiskebar, où, dixit le Gault & Millau 2017 il se distingue par « ses créations artistiques et des jeux de textures ». Avec d’autres chefs talentueux du monde entier, il a fondé la Société anonyme cuisiniers, un collectif qui se targue d’un vrai parti-pris social et culinaire. Artisans modernes, plutôt qu’« artistes de génies », les membres du collectif cherchent à bousculer les certitudes et à faire réagir leurs hôtes par leur créativité. Ces cuisiniers anonymes sont déterminés à modifier la perception de la cuisine gastronomique, ainsi qu’à révolutionner le modèle actuel mais dépassé de la restauration et de l’hospitalité.

La Société anonyme cuisiniers intègre dans son processus créatif les hommes et les femmes de valeur – artisans, agriculteurs, producteurs… – et ses hôtes, de tout milieu et de toute origine. L’initiative du « Cinquième Jour » en est la concrétisation.

De la cuisine de la Société anonyme cuisiniers émane un parfum de nouveauté et de générosité, à l’image de la société de demain. Chacun pourra le constater à partir de ce printemps.

Le Cinquième Jour a besoin de vous ! Parlez de ce projet autour de vous, sur Facebook ou ailleurs (Twitter, LinkedIn, etc.), partagez cette page ! Ensemble, mettons la gastronomie à portée de toutes les bouches.

Picture 1dece319 6d85 44d2 abf6 5e33fbb95237Picture c6f72e22 3f83 41d9 a034 6a3119920c79Picture 6b86245b 6b89 4acf b273 ee539d765ee3