A Song in the Wood - sortir des sentiers battus

«A Song in the Wood» emmène l’auditeur dans un voyage à travers diverses facettes de l’amour.

Pour construire ce programme, nous nous sommes plongés dans le répertoire vocal anglais du début du 20ème siècle. Benjamin Britten s’est rapidement imposé pour son style unique et la qualité de sa musique. Nous avons également découvert et aimé les mondes sonores de Roger Quilter et Michael Head. Il est important pour nous d’enregistrer non seulement une musique qui nous plaît, mais aussi de diffuser des oeuvres rarement jouées.

Trois cycles, un par compositeur, forment les fondements de cet album. Des Songs traitant des même thèmes viennent compléter ce programme, offrant ainsi une plus grande palette de l’oeuvre de chacun de ces compositeurs.

Avec To Julia (1905-6), Roger Quilter compose un cycle s’inscrivant dans la tradition romantique où sont incarnées l’innocence, la pureté et l’intemporalité d’un amour idyllique. Love’s philosophy, écrit la même année, est un condensé d’amour pur.

La grande guerre ravage l’Europe et change à jamais la mentalité humaine. En 1919, Michael Head écrit Over the Rim of the Moon, sur des poèmes de l’Irlandais Francis Ledwidge. Ce dernier combattait Serbie lorsqu’il a appris que la femme qu’il aimait était morte. Sa douleur infinie est présente dans ses textes. «Dear delight» et «Why have you stolen my Delight», écrits plus tard, font écho au cycle avec les thématiques de l’absence ou la mort de l’être aimé. «The ash grove» et «The Sally Gardens», deux chansons populaires arrangées par Britten, continuent dans cette même veine.

Benjamin Britten écrit On this Island à l’aube de la seconde guerre mondiale. Le thème de l’amour reste omniprésent, mais il est moins explicite. Dans l’Angleterre d’entre-deux-guerres, l’homosexualité est condamnée et Britten autant que le poète Auden en souffrent. Dans ce cycle, ce qui n’est dit qu’à demi-mot est transmis par une musique colorée flirtant parfois avec le jazz.

Ces oeuvres, écrites dans un monde de plus en plus inconstant, nous montrent que, même lorsque l’art et les mentalités évoluent, l’idéal de l’amour persiste, bien qu’il ne soit parfois qu’un chant au fond des bois.

Picture 5cdf23ff 7341 46ee 9c69 c70e91b3c46cPicture f44eca6d 474f 495c a528 cf6ca1a59ace

Votre argent transformé en musique !

En cette période particulière de crise sanitaire, nous avons peu de certitudes sur le maintien ou non des représentations publiques. C’est aussi une des raisons pour laquelle nous mettons la priorité sur un enregistrement en studio.

Avec votre participation, vous soutenez :

  • Le travail de deux jeunes artistes suisses
  • La location du studio et le salaire de l’ingénieur du son (Gabriel recordings)
  • Le graphisme et le design
  • La production du CD
Content

Soutenez notre projet et semez des graines de bonheur

La légende veut que la déesse Dalùna ait traversé les sept royaumes, apportant joie et unité. Partout où elle joue, sa musique soigne les âmes et élève les esprits des gens qui ont souffert en temps d’épreuves et d’incertitudes.

Si par notre musique, nous pouvons apporter de la joie et vous faire oublier un instant les soucis du quotidien, notre mission est accomplie. La musique de «A Song in the Wood» fait du bien au coeur et à l’âme.