Ce dont il s'agit

975 000 poids lourds ont traversé les Alpes suisses en 2016, près d’un tiers d’entre eux étaient immatriculés dans un pays de l’Est. Ce sont six fois plus qu’en 2004. De nombreux chauffeurs sont en route pendant des mois pour un salaire mensuel de 800 euros, voire moins. A quoi ressemblent leurs journées ? Comment passent-ils leurs nuits ou les jours fériés quand les camions ne peuvent circuler ? Nous voulons mettre en lumière les conditions inhumaines qui règnent dans le secteur du transport de marchandises à travers l’Europe. Nous aimerions enquêter sur ces histoires et en faire un reportage multimédia.

Picture 9e93cbc3 7175 4bb5 9392 b49f9968e494Picture 6ce1aa17 e767 4b43 a4c3 d899fada1329Picture bccfadc8 997d 4c45 82b8 53903875fc49Picture 700e9009 a232 4bed b448 aea4fbc5b1fcPicture 1617feea 48d5 4b7b bafb 302e0ae26c8aPicture 9002550b a126 4f09 a6ad a5ca8daaa847

Ce que mon projet a de spécial

La journaliste renommée Susan Boos et du le photographe et réalisateur Fabian Biasio veulent faire ce reportage. Susan dispose d’une fine sensibilité pour l’humain et les histoires de vie, quant à Fabian, il a le don pour les images fortes. Tous deux forment une équipe complice, ils ont déjà travaillé ensemble sur de grands projets, notamment à Fukushima. Ce reportage a pour but d’ouvrir un débat : pouvons-nous nous permettre que des chauffeurs travaillant dans de telles conditions roulent sur les routes suisses ? Que pouvons-nous faire pour améliorer leur situation ? Ce reportage sera diffusé en automne 2018 sur le site Internet de l’Initiative des Alpes et se composera de textes accompagnés de photos et de vidéos. Votre soutien financier nous permettra de réaliser cette expérience multimédia.

Picture a50844bc 3e53 4552 b182 931456edb948Picture efd3be96 5889 4446 b159 e6d33f96522bPicture d364997b e83f 442f 9768 d87dc5ac5cb1

A quoi votre soutien va servir

De l’empathie et du temps sont nécessaires pour faire un reportage. Nous devons entrer en contact avec les chauffeurs, gagner leur confiance, parler avec eux mais également avoir leur accord pour l’enregistrement de leurs confidences ou pour les prises de vue. L’argent récolté par ce crowdfunding sera utilisée pour les honoraires de Susan Boos et de Fabian Biasio. Plus la recette sera élevée et plus Susan et Fabian pourront aborder le sujet en profondeur. Car il est clair qu’un reportage qui traite des conditions de travail doit également être correctement rémunéré. C’est pour cela que nous avons besoin de votre contribution ! Nous vous remercions de chaque don !