Nous sommes deux étudiants en sciences politiques à l’Université de Genève. Suite à notre dernier voyage dans le camp d’Oinofyta, en février dernier, nous sommes revenus avec l’envie de réaliser un projet pour les réfugiés. La situation des réfugiés nous touche profondément, c’est pourquoi nous avons tenu à nous engager concrètement.