Régis Colombo dilue les couleurs et la mémoire du temps comme une photographie exposée au soleil. Il nous invite ainsi à «voir le dedans du dehors» comme il se plaît à le souligner. Il n’en a pas pour autant oublié ses réflexes de reporter et a tenu à immortaliser sa vision de l’éternité pour ouvrir une fenêtre afin qu’entre la lumière.