Employé à l’origine du projet en 2006, j’ai eu l’opportunité en 2016 de le développer pour mon propre compte. Je suis fier de ce qu’il est devenu mais j’étais loin de penser qu’il aurait pu être menacé par une crise sanitaire.
L’avenir ne peut être que meilleur pour les loisirs à Genève, la reprise sera spectaculaire, j’en suis convaincu.
Merci à tous de croire en Yatouland.
Bonnes fêtes
Yan.